Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 20.11.2011 10h05
Le patronat belge insiste sur une réforme de l'indexation salariale automatique

La Fédération des entreprises belges (FEB) a insisté vendredi sur une "réforme en profondeur de l'indexation (salariale) automatique" pratiquée dans le royaume, lors d'une réunion de son Conseil d'administration.

Le patronat belge qui réunit une quarantaine de secteurs professionnels et représente les trois quarts de l'économie nationale, a discuté en détail des propositions budgétaires avancées par les négociateurs des six partis politiques pour la formation d'un nouveau gouvernement fédéral, tandis que les négociations s'approchaient de la clôture.

Dans un communiqué rendu public à l'issue du Conseil d'administration, la FEB a indiqué que la sauvegarde de la compétitivité devrait "rester une priorité des négociateurs".

"Non seulement une économie compétitive est le meilleur garant du pouvoir d'achat (via l'emploi), mais, selon les recommandations de l'Union européenne (UE), de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) et d'autres instituts de recherche, c'est en outre une nécessité absolue pour amorcer la reprise économique", a ajouté la FEB, en notant que lors des crises précédentes (1982 et 1993), "une réforme du système d'indexation s'est avérée indispensable pour sauvegarder à la fois la compétitivité et le pouvoir d'achat futur".

Elle a déclaré "très préoccupée par le signal actuellement donné aux investisseurs et entrepreneurs : fortes augmentations d'impôts au niveau de l'impôt des sociétés (deux milliards), augmentations des cotisations sociales pour les emplois de la connaissance (75 millions), hausses de la TVA et autres augmentations d'impôts qui feront gonfler l'inflation (et donc via l'indexation automatique également les coûts salariaux) de 0,2% à 0,3%.

Par ailleurs, la FEB a jugé positif qu'une première impulsion ait finalement été donnée à la réforme relative au relèvement de l'âge de la pension anticipée, de 60 ans à 62 ans, à un renforcement des conditions liées aux allocations d'attente ( chômage) et à un taux de croissance des dépenses de soins de santé correspondant de plus près à la croissance économique.

En dépit de cette première impulsion favorable, la FEB a estimé qu'un certain nombre d'étapes supplémentaires importantes seraient encore nécessaires. Elle a appelé les négociateurs à poursuivre leurs travaux à cet égard.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois arrive à Bali pour les réunions des dirigeants de l'Asie de l'Est
Nouvelles principales du 16 novembre
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis