Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 15.11.2011 13h17
A la réunion de l'APEC, le président chinois appelle à un changement de modèle de croissance (PAPIER GENERAL)

Le président chinois Hu Jintao et les dirigeants des autres membres du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) se sont réunis dimanche à Honolulu, à Hawaï, pour réfléchir aux moyens d'accélérer l'intégration économique régionale, la libéralisation du commerce et des investissements, et la coopération économique et technologique.

Cette réunion annuelle, organisée cette année par le président américain Barack Obama dans son Etat d'origine, s'est tenue à l'hôtel Marriott Ihilani, à Honolulu. Elle visait à promouvoir l'intégration économique régionale, le commerce, le développement durable, la création d'emplois, la sécurité énergétique et la coopération en matière de règlementations.

Au cours de la réunion, le président chinois a prononcé un discours intitulé "Changer le modèle de croissance pour soutenir le développement économique".

M. Hu a indiqué que la globalisation économique s'accélérait, que tous les pays du monde étaient de plus en plus interdépendants dans le domaine économique, et que la gouvernance économique mondiale était en cours de mutation.

En même temps, l'environnement économique mondial reste aussi complexe que volatile. Certaines grandes économies subissent un ralentissement économique, et certains pays font face à de graves problèmes de dette souveraine. La volatilité des marchés financiers internationaux persiste également. La pression croissante de l'inflation entrave le développement des marchés émergents. Le protectionnisme sous diverses formes est en augmentation. En conséquence, la reprise de l'économie mondiale est entachée d'instabilité et d'incertitudes, a relevé le président chinois.

"Notre objectif est de parvenir à une croissance économique soutenue, régulière et raisonnablement rapide, ainsi qu'à l'harmonie et à la stabilité sociale dans la région", a souligné le M. Hu.

Pour atteindre cet objectif, le président Hu a fait une proposition en trois points.

Premièrement, les membres de l'APEC devraient renforcer leur coordination afin de parvenir à une meilleure gouvernance de l'économie mondiale, a indiqué le président Hu, ajoutant que les mécanismes de la gouvernance économique mondiale devraient évoluer en même temps que l'environnement économique, afin que tous les pays puissent travailler ensemble à relever efficacement les défis qui se présentent à eux.

"Nous devons renforcer notre coordination en matière de décisions macroéconomiques et stimuler la confiance des marchés. Nous devons faire avancer la réforme des institutions financières internationales, faire preuve de respect mutuel et d'esprit collectif dans nos décisions, et aider les marchés émergents et les pays en développement à mieux faire entendre leur voix", a déclaré M. Hu.

"Nous devons réglementer le secteur financier de manière plus ciblée et plus efficace, renforcer la supervision des agences de notation et des flux de capitaux transfrontaliers, maintenir la liquidité des monnaies de réserve à un niveau stable et raisonnable, améliorer le système monétaire international, soutenir le rôle du G20 en tant que premier forum de gestion économique mondiale, et rendre l'ordre économique international plus juste et plus équitable", a déclaré M. Hu.

Deuxièmement, les membres de l'APEC devraient inlassablement s'efforcer d'accélérer la transformation de leur modèle de croissance, a indiqué le chef de l'Etat chinois.

"Nous devons accélérer la transformation du modèle de croissance et ajuster les structures économiques en conséquence", a dit M. Hu, ajoutant que les pays développés devraient suivre des politiques macroéconomiques responsables et traiter sérieusement les problèmes de dette souveraine et de risques fiscaux, tandis que les marchés émergents devraient de leur côté stimuler la demande intérieure et promouvoir la croissance grâce aux forces combinées de la consommation, de l'investissement et de l'exportation.

"Nous devons trouver un équilibre entre développement économique, développement social et protection de l'environnement ; pratiquer une politique de développement durable en matière de ressources naturelles et d'environnement ; appliquer des politiques budgétaire, monétaire, commerciale et industrielle durables sur le long terme", a-t-il affirmé.

Troisièmement, les membres de l'APEC devraient s'efforcer d'atteindre un consensus, et continuer à promouvoir la mondialisation économique et l'intégration économique régionale, a déclaré M. Hu.

"Nous devons honorer pleinement les engagements qui ont été pris, éviter de revenir à des mesures commerciales protectionnistes, nous opposer fermement au protectionnisme sous toutes ses formes, et travailler à établir un ordre commercial équilibré, homogène profitable à toutes les parties, afin que tout le monde puisse profiter des avantages de la libéralisation des échanges et des investissements", a-t-il poursuivi

"Nous devons nous fixer pour objectif de parvenir à un accord précoce dans le cadre du cycle de Doha d'ici à la fin de l'année, en levant les droits de douanes et les quotas pour les produits provenant des pays les moins développés ; nous devons également faire preuve d'une volonté politique suffisante pour faire en sorte que les négociations du cycle de Doha portent leurs fruits et se réalisent au plus tôt", a indiqué M. Hu.

La Chine a annoncé sa décision d'exempter totalement de droits de douane 97% des produits d'importation en provenance des pays les moins développés ayant des relations diplomatiques avec la Chine, a déclaré M. Hu.

"Nous devons promouvoir activement la libéralisation du commerce et des investissements dans la région Asie-Pacifique et approfondir l'intégration économique régionale, afin de donner une nouvelle impulsion à la reprise économique durable et à la croissance de la région Asie-Pacifique."

Le président chinois a également proposé trois mesures pour construire la paix, le développement, la prospérité et l'harmonie dans la région Asie-Pacifique.

Premièrement, il convient de promouvoir d'une manière globale la libéralisation du commerce et des investissements.

"Nous devons approfondir la coopération entre les différents acteurs de la chaîne d'approvisionnement mondiale ; améliorer la connectivité des infrastructures et du réseau dans la région ; éliminer les barrières à la circulation des marchandises et des services, afin de gagner du temps et de réduire les coûts".

Il a également souligné la nécessité "d'améliorer l'environnement politique pour le développement des petites et moyennes entreprises, les encourager en leur apportant davantage de soutien et de conseils, alléger leurs difficultés financières et les intégrer dans la chaîne industrielle globale".

Deuxièmement, il s'agit d'approfondir la coopération en matière de croissance verte dans la région Asie-Pacifique.

"Nous devons réduire progressivement les barrières tarifaires et non tarifaires à la circulation des biens environnementaux, et promouvoir la coopération et le partage des technologies en matière de services environnementaux", a déclaré M. Hu.

Les économies de l'Asie-Pacifique doivent aider leurs membres en voie de développement à construire leur industrie environnementale, et viser des objectifs qui soient profitables à tous en matière de commerce, d'environnement et de développement, au lieu d'instaurer des barrières écologiques au commerce.

Troisièmement, il convient de faire progresser la réforme structurelle de l'économie et la coopération en matière de régulations.

"Nous devons renforcer la coopération dans le domaine capital qu'est la réforme structurelle de l'économie ; cela ne pourra se faire qu'en adhérant à des principes de volontarisme, d'équité, de réciprocité, de progrès, de flexibilité et de pragmatisme, et en continuant à renforcer la compétitivité économique de la région".

L'APEC devrait pratiquer plus largement le partage d'expériences et de savoir-faire, et aider ses membres à améliorer et à modifier leur modèle de croissance, à mettre en oeuvre des réformes administratives, à améliorer les mécanismes de prise de décision, et à contribuer à un environnement politique dynamique, efficace et plus ouvert, favorable au commerce et aux investissements dans la région Asie-Pacifique.

Dix ans après son entrée dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et 20 ans après sa participation à l'APEC, la Chine s'est ouverte de plus en plus au monde extérieur, son commerce et ses investissements réciproques augmentant rapidement et son économie se développant dans tous les domaines, a souligné M. Hu.

La Chine a établi des liens étroits avec d'autres pays et d'autres régions et a réalisé des progrès gagnant-gagnant pour elle-même et le monde, a encore souligné M. Hu.

La Chine est un partisan ferme de la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements globaux et a participé de façon active à la promotion et à la construction d'un régime commercial multilatéral et à la coopération commerciale régionale, a-t-il indiqué.

Le processus de la participation chinoise dans le commerce régional et global montre que seulement en combinant l'ouverture avec la réforme et le développement, et en participant et en poussant en avant la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements globaux, un pays peut-il faire de son propre développement une partie intégrante du développement économique mondial et réaliser des progrès gagnant-gagnant, a-t-il poursuivi.

La Chine va continuer à appliquer la stratégie d'ouverture gagnant-gagnant et la rendra encore plus efficace, a déclaré M. Hu.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
A la réunion de l'APEC, le président chinois appelle à un changement de modèle de croissance (PAPIER GENERAL)
Nouvelles principales du 14 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?