Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 27.10.2011 09h07
Le Gabon, une terre de promesses pour les entreprises chinoises

WANG BINGYI, YAN WEIJUAN et LI ZHIJIAN

Nous avons interviewé l'ambassadeur de Chine au Gabon, Mme Li Fushun, sur des questions allant des relations sino-gabonaises aux investissements chinois.


Madame l'ambassadeur, vous avez travaillé de nombreuses années en Europe avant d'accepter votre affectation actuelle. Quelle impression avez-vous du Gabon ?

J'ai passé de longues années dans des pays européens avant de venir en Afrique. Comme beaucoup de gens qui ne sont jamais venus sur ce continent, je n'avais en tête que la chaleur étouffante, mais en pratique ce n'est pas tout à fait vrai, ici au Gabon. Même si le pays chevauche l'équateur, le climat est frais et agréable pendant la saison sèche. Le plus grand problème pour les gens d'ici, ce sont les maladies tropicales, comme le paludisme. Le Gabon n'a qu'une population modeste d'un million et demi d'habitants, mais une abondance de ressources naturelles. Les forêts couvrent 85 % du territoire et il y a des gisements considérables de manganèse et de pétrole. Ces présents de la nature sont à l'origine d'une impressionnante croissance économique, qui a placé le Gabon à l'avant-garde des pays francophones d'Afrique de l'Ouest.

Les relations diplomatiques entre la Chine et le Gabon en sont maintenant à leur 37e année, et vous êtes quant à vous le dixième ambassadeur chinois dans ce pays. Pourriez-vous nous donner un aperçu d'ensemble des liens bilatéraux entre la Chine et le Gabon ?

Depuis l'établissement des relations diplomatiques, la Chine et le Gabon ont toujours entretenu des relations amicales. Sous la gouverne de feu le président Omar Bongo, le Gabon est apparu comme une oasis de paix en Afrique centrale, en raison de sa prospérité économique et de sa stabilité sociale. M. Bongo a été le seul leader africain de son époque à entretenir une amitié profonde avec chacune des quatre générations de leaders chinois, et celui aussi de tous les leaders africains qui a effectué le plus grand nombre de visites en Chine. La politique amicale du Gabon à l'égard de la Chine s'est poursuivie sous la direction du président Ali Bongo Ondimba. Le Gabon a toujours vu la Chine comme un partenaire digne de confiance et fiable. Cette confiance est le résultat de la politique chinoise d'égalité, d'intérêt mutuel et de développement commun qui sous-tend sa coopération avec le Gabon. Ces dernières années, les deux pays ont renforcé leur collaboration en matière de commerce et d'économie sur de multiples aspects.

Pourriez-vous nous donner quelques précisions sur les projets chinois d'aide au Gabon ?

Outre les édifices qui abritent le parlement, et la tour de la radiotélévision, un des projets de construction les plus importants actuellement en cours est le Stade de l'amitié sino-gabonaise, à Libreville, où se déroulera la Coupe d'Afrique des nations de 2012. Le stade aura une capacité d'accueil de 40 000 sièges. La construction du corps principal est terminée et plus de la moitié des sièges ont été installés. On pose en ce moment le gazon et le travail sur la piste d'athlétisme et la décoration avance normalement. À l'occasion d'une visite d'inspection sur le site, récemment, le président Ali s'est dit satisfait des progrès accomplis et a remercié le personnel chinois pour ses efforts. Il a dit avoir noté des progrès marqués dans la construction à chacune de ses visites. Il croit que la Coupe d'Afrique des nations 2012 pourra se tenir dans le stade à la date prévue, et il invite ses amis chinois à ce grand événement. Nous venons aussi tout juste de conclure un accord avec le Gabon pour faire venir la XVIIe équipe médicale dans le pays. Notre programme d'aide est en cours ici depuis plus de trente ans.

Le Gabon a récemment adopté une stratégie de développement pour le secteur de l'économie verte, pour l'industrialisation et les services. Comment les entreprises chinoises présentes dans le pays peuvent-elles s'adapter à cette nouvelle politique ?

On compte en ce moment au Gabon une trentaine d'entreprises chinoises impliquée dans des domaines divers. Cette stratégie vise à favoriser la croissance durable au Gabon et à porter une plus grande attention à l'environnement. Par exemple, la foresterie est maintenant assujettie à des règles de protection de l'environnement plus rigoureuses ; c'est ainsi que, depuis le 1er janvier 2010, il est interdit d'exporter des grumes. Les entreprises chinoises au Gabon doivent comprendre ces changements de politique et adapter leur plan d'affaires en conséquence. À mon sens, le Gabon présente à la fois des défis et des occasions d'affaires pour les investisseurs chinois. Son plus grand atout est la stabilité politique, comme le suggère son surnom d' « oasis de paix » de l'Afrique centrale. Les entreprises chinoises doivent avoir une connaissance approfondie et juste du continent et de ce pays en particulier. Elles doivent garder à l'esprit que le respect de la loi est primordial pour un développement sain sur le long terme.

Source: La Chine au présent

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois souligne le contrôle de l'inflation
Nouvelles principales du 26 octobre
La méthode statistique en application exagère sérieusement la balance favorable du commerce chinois
L'« époque de Kadhafi » est révolue en Libye
Dénigrer la Chine est une mauvaise façon de faire campagne