Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 26.10.2011 08h10
Affrontons ensemble les défis économiques actuels (COMMENTAIRE)

Au moment où les dirigeants européens multiplient leurs consultations afin de trouver des moyens de s'attaquer à la crise de la dette de la zone euro, le plus haut conseiller politique chinois Jia Qinglin effectue une visite officielle de courtoisie en Grèce, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Cette visite du président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC, organe consultatif politique suprême) vise à exprimer la confiance de la Chine vis-à-vis des pays européens et révèle également la volonté du pays asiatique de renforcer la coopération avec le vieux continent sur la base du bénéfice mutuel.

L'AMITIE ET LA VOLONTE

Cette marque de confiance, d'amitié et de désir de coopération revêt une importance particulière pour l'économie grecque, et plus généralement pour celle de la zone euro dans son ensemble.

Face au début de contagion de la crise grecque à la zone euro, qui risque d'entraîner une crise de la dette souveraine dans toute l'Europe, la Chine, bien que géographiquement éloignée, tient à soutenir les mesures prises par la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) en vue de stabiliser la situation financière, et par des actions concrètes, fait ce qui est en sa capacité pour aider les pays européens à affronter la crise.

La Chine, en tant qu'investisseur à long terme sur le marché européen des obligations souveraines, est prête à soutenir comme toujours l'Europe et l'euro. La position qu'elle affiche et les actions qu'elle prend dans la crise d'aujourd'hui reflète de façon concrète le partenariat stratégique global entre la Chine et l'Union européenne et lui donne tout son sens.

LES DEFIS ET LES OPPORTUNITES

Dans cette ère de mondialisation, le développement de la Chine et celui de l'Europe sont étroitement liés. Actuellement, la crise de la dette européenne a des répercussions au niveau international ; elle nécessite par conséquent une solution à l'échelle mondiale, et requiert en particulier une bonne coopération entre les principales économies du monde.

En temps de crise, il devient nécessaire de déclencher des mécanismes de coopération gagnant-gagnant au sein de la communauté internationale. Pour la Chine et l'Europe, la crise de la dette représente à la fois un défi et une opportunité. On peut imaginer qu'au fur et à mesure que la coopération sino-europénne se renforce, les économies ainsi que les populations, en Chine et en Europe, bénéficieront de ce rapprochement.

Toutes ces prévisions sont basées sur la grande complémentarité des économies chinoise et européenne. La Chine et l'Europe occupent des positions différentes sur la chaîne de production mondiale et possèdent chacune des atouts et potentiels dans des domaines différents. Ainsi, si les deux parties savent jouer de cette complémentarité, elles pourront continuer d'étendre cette coopération fructueuse dont chacune d'elles pourra tirer parti.

Aujourd'hui, les pays européens, avec leur stratégie "Europe 2020", cherchent à développer la croissance à travers l'innovation scientifique et technologique, et dans le même temps, la Chine s'efforce de renouveler son modèle de croissance économique. Les stratégies de part et d'autre se ressemblent fortement, et cela ouvre de belles perspectives de coopération entre les deux partenaires.

LA CONFIANCE ET LA COOPERATION

Pour surmonter la crise, la confiance et la coopération sont indispensables, et pour que chacun tire des bénéfices, il faut que chacun agisse de façon responsable et sincère. L'important est de voir la question du point de vue suivant : il s'agit de faire profiter aux autres tout en tirant profit soi-même et d'apporter des bénéfices à son propre pays ou à sa propre région tout en aidant ses partenaires, une disposition d'esprit qui requiert pour être mise en pratique toute la sagesse des dirigeants chinois et européens.

Pour atteindre cet objectif, dans une conjoncture économique et financière internationale relativement défavorable, il est nécessaire que la Chine et l'Europe ouvrent davantage leurs marchés pour faciliter la circulation des marchandises, des capitaux, des technologies et des travailleurs entre les deux zones économiques.

La Chine et l'Europe doivent aussi développer leur coopération dans les domaines du commerce, des finances, de la protection de l'environnement, des énergies nouvelles et autres, pour consolider les bases de la croissance économique des deux zones, tout en lui donnant une impulsion plus forte qui permettra de gagner de nouveaux points de croissance.

On voit donc bien que le développement de la Chine et celui de l'Europe sont interdépendants et que chacun des deux partenaires a besoin de l'autre pour se développer. Faire fructifier une coopération gagnant-gagnant avec l'Europe est une promesse de la Chine, mais on le voit à travers ses actes, cette promesse signifie pour la Chine un engagement extrêmement fort.

Depuis le début de la crise de la dette en Europe, la Chine est venue en aide aux pays en difficulté en tentant notamment de stimuler la confiance par le biais de l'achat d'obligations souveraines grecques, l'augmentation de ses fonds dans le Fonds monétaire international (FMI), la hausse de ses importations en provenance d'Europe et l'accroissement de ses investissements en Europe.

A travers ces actions concrètes, la Chine a envoyé un message fort qui montre sa volonté de collaborer avec divers pays européens pour faire front commun face aux risques et aux défis du moment et dans le même temps partager des opportunités de développement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois souligne le contrôle de l'inflation
Nouvelles principales du 26 octobre
La méthode statistique en application exagère sérieusement la balance favorable du commerce chinois
L'« époque de Kadhafi » est révolue en Libye
Dénigrer la Chine est une mauvaise façon de faire campagne