Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 14.10.2011 16h12
Crise de la dette aux Etats-Unis et en Europe : un cauchemar qui durera combien de temps encore ?

Le Président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso a présenté le 12 octobre, devant le Parlement européen, une « feuille de route » susceptible d'apporter une solution à la crise de la dette publique de la zone euro. Ce plan, qui suggère d'obliger les établissements financiers à augmenter leurs fonds propres "durs", à défaut de quoi ils seraient interdits de bonus et de dividendes, fait sursauter les banques et leur paraît douteux du fait qu'elles pensent qu'il ne s'attaque pas aux causes réelles de la crise actuelle de la dette publique. Il y a quelques jours, les agences de notation Moody's Investors Service Inc., Standard and Poor's Corp. et Fitch Ratings ont toutes les trois réajusté en baisse la note de dette souveraine qu'elles attribuent à l'Italie et à l'Espagne ainsi que les notes imputées à plusieurs banques européennes et américaines. Quant à la réunion des Ministres des Finances de la zone euro, elle n'a pris aucune décision au sujet de l'octroi d'aide à la Grèce et a seulement décidé de reporter la décision en début novembre prochain. De fait, la crise de la dette continue à s'aggraver en Europe.

Ce qui est sûr, c'est que la crise de la dette aux Etats-Unis et en Europe d'évoluer progressivement en une crise politique et une crise sociale qui s'étendent à travers le monde occidental. En Allemagne, des manifestations ont eu lieu pour protester contre la décision prise par le gouvernement en vue d'apporter de l'aide aux pays de la zone euro qui s'enlisent dans la crise de la dette ; Dans d'autres pays, dont la Grèce, l'Espagne et l'Italie, on se rassemble pour protester contre le gouvernement qui décide de réduire le budget et de diminuer les dépenses du bien-être ; En Slovaquie, le gouvernement est tombé du fait de son incapacité pour faire face à la crise de la dette. Ce qui est plus grave encore, C'est que le mouvement "Occuper Wall Street", qui dure déjà près d'un mois, commence à s'étendre et à se propager dans tout le territoire américain ainsi que dans d'autres pays occidentaux. Il se peut que l'«occupation » dure longtemps et que même l'«étincelle met le feu à toute la plaine ». Que ce soit la crise financière, la crise économique, la crise de la dette souveraine ou bien les manifestations de protestation de masses populaires dans la société occidentale, tout cela traduit en fait une crise du système dans un monde dominé par l'oligarchie financière. La crise de la dette publique aux Etats-Unis et dans les pays européens est le résultat de l'accumulation depuis de longues années de contradictions politiques et économiques dans le système de ces pays.

C'est pourquoi le règlement de la crise de la dette, qui sévit aux Etats-Unis et en Europe, demande de la patience et du temps, car c'est est un problème difficile, embarrassant et épineux qui revêt un caractère permanent et complexe.

Primo, actuellement aux Etats-Unis, le montant de la dette publique s'élève à environ cent pour cent du Produit national brut, alors que dans la zone euro c'est quatre vingt cinq pour cent, et il est difficile de le faire baisser dans un proche avenir. Cela est un problème épineux que les gouvernements des Etats-Unis et des pays européens sont obligés de faire face dans le futur. Normalement, il est considéré que lorsque le taux de charge de la dette publique dépasse soixante pour cent, la situation serait alors intenable et ne devrait pas durer. Dans le passé, quelque pays que ce soit, s'il décide de se débarrasser une fois pour tout du problème budgétaire, le moyen le plus sûr et le plus radical c'est de s'appuyer sur la croissance économique. Pour le moment aux Etats-Unis et en Europe, les gouvernants n'ont pas encore pu trouver le point d'appui de la croissance économique. C'est pourquoi il leur est très difficile, dans un temps relativement court, d'améliorer la situation financière de leur pays respectif et d'apporter une solution effective au règlement de la dette publique qui est un problème accumulé depuis de longues années. C'est pourquoi la crise de la dette continuera et elle tend à perpétuer.

Secundo, l'un des moyens susceptible de régler le problème de la crise de la dette c'est de « trouver de nouvelles sources de revenus et réduire les dépenses ». Toutefois, face au déficit budgétaire tellement considérable, les gouvernements des Etats-Unis et des pays d'Europe sont sous la pression politique que leur appliquent les électeurs. C'est pourquoi il leur est difficile d'essayer ce moyen-là : il leur faut tenir compte de la position des électeurs qui s'opposent fermement à l'augmentation d'impôts et de taxes en vue de la recherche de nouvelles sources de revenus et en même temps il y a difficulté à appliquer une nouvelle politique de stimulation financière permettant le rapide redressement économique en augmentant les revenus d'impôts ; Il leur est impossible de réduire dans de fortes proportions du gouvernement pour le bien-être et en même temps ils ne pensent en aucun cas à renoncer d'eux même à la position d'hégémonie et de suprématie qu'ils occupent dans le monde et surtout à diminuer les dépenses nécessaires à l'achat d'armes qui préserve leur position d'hégémonie et de domination. Les insuffisances et la faiblesse du système politique font qu'il est difficile à ces pays d'écarter chez eux la crise politique et c'est la raison pour laquelle il leur est pratiquement impossible d'apporter une bonne solution au règlement de la crise de la dette.

Les ondes de choc dus à la crise de la dette aux Etats-Unis et en Europe s'étendent des secteurs de l'économie aux secteurs de la politique, ce qui rend plus difficile et plus complexe le règlement des problèmes qui existent dans notre monde. Il est important de connaître parfaitement et pleinement le caractère durable et complexe de la crise de la dette publique aux Etats-Unis et en Europe et de prendre à cet effet les dispositions nécessaires et adéquates pour faire face, ce afin que notre pays ne soit pas traîné et dans le bourbier et englouti dans les flots déchaînés, et surtout éviter que la Chine subisse de grosses pertes quant à ses biens en devises.

(L'auteur de cet article c'est Shi Jianxun, commentateur spécial du Quotidien du Peuple et professeur à l'Institut de l'Economie et de la Gestion à l'Université Tongji de Shanghai)

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Je voulais juste ajouter un commentaire concernant "de nouvelles sources de revenu&qu...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
L'APL met en place un département de planification stratégique
Nouvelles principales du 23 novembre
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine
La Chine et les Etats-Unis assument la responsabilité du redressement économique mondial
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »