Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 13.10.2011 13h50
La ruée vers l'or de la Mongolie

Alors que les marchés financiers mondiaux tremblent, la Mongolie attire des aventuriers vers une nouvelle ruée vers l'or. La Mongolie, autrefois considérée comme arriérée, attire les investisseurs dans l'or. Mais tout le monde n'est pas content.

Oulan Bator, l'une des villes les plus isolées au monde, est devenue une capitale flamboyante.

La Bourse mongole a crû de 125% l'année dernière. L'explosion des prix immobiliers et l'apparition des voitures et des magasins de luxe témoignent de la naissance de cette nouvelle espèce autrefois inconnue: les riches Mongols.

Les grandes compagnies minières se pressent pour exploiter les réserves de charbon, de cuivre et d'or du désert de Gobi.

Dans les projets de Shivee Ovoo, d'Oyu Tolgoi et de Tavan Tolgoi, les réserves de charbon et d'or valent respectivement environ 300, 300 et 400 milliards de dollars.

Mais malgré l'essor, la Mongolie demeure l'une des nations les plus pauvres au monde.

En 2008, le PIB par tête n'était que de 3 100 dollars par an. La moitié des 3 millions de Mongols habitent Oulan Bator, l'autre vit un style de vie nomade.

Les changements rapides et la disparité entre riches et pauvres sont sources de tensions croissantes.

L'ancien berger, Testsgee Munkhbayar fait maintenant partie d'un groupe environnemental appelé Fire Nation, lauréat du prix Goldman pour l'environnement en 2007.

En 2010, lui et 4 hommes armés ont tiré sur des équipements miniers dirigés par des compagnies étrangères dans le sud du pays, ainsi que sur un bulldozer canadien.

Munkhbayar estime que ces compagnies enfreignent la loi et a menacé d'autres actions violentes pour arrêter l'exploitation minière. Selon lui, l'attention traditionnelle réservée à la nature est oubliée au profit de la modernisation. Il appelle le gouvernement à fermer les mines étrangères et met en garde les investisseurs étrangers.

Tsetsgee Munkhbayar, activiste environnemental

"J'aimerais dire aux actionnaires et aux investisseurs, que les investissements ici, c'est pas du long terme. Faites attention. Nous vous mettons en garde."

En juin, Munkhbayar était à la tête d'un groupe de 50 personnes qui ont mis feu à un bâtiment officiel dans un signe de protestation politique.

Beaucoup estiment que le développement n'a pas profité au Mongol moyen. Dans le district de Ger dans le nord de la ville, la vie est encore loin de toute modernité.

L'ancien nomade, M. Khaltar vit maintenant dans la banlieue d'Oulan Bator.

M. Khaltar, ancien nomade

"La vie dans le district de Ger est difficile. Je travaille ici à ramasser des biens recyclables et à les vendre. C'est difficile de trouver un bon travail."

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les PM chinois et russe s'engagent à mener une coopération plus étroite
Les centres de la culture chinoise implantés à l'étranger permettent au monde entier de connaître la Chine
La Chine « dispute l'Europe » ne tient pas debout et est injustifiable
La farce législative américaine