Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 11.10.2011 08h57
L'occupation de Wall Street aura un impact sur les décisions politiques et économiques des Etats-Unis

L'occupation de Wall Street qui dure depuis trois semaines est un mouvement de protestation composé de citoyens des couches moyennes et inférieures et de chômeurs, qui tentent d'élargir l'envergure de la mobilisation pour renforcer leur influence. Cependant, à cause de leurs composants complexes et de leurs revendications décentralisées, il est probable que ce groupe sera finalement utilisé et dissous par les forces politiques. Mais il exercera sûrement une certaine influence sur l'élection présidentielle aux Etats-Unis en 2012, voire même sur la tendance à venir des décisions politiques et économiques dans le pays.

Une protestation provoquée par l'approfondissement du mécontentement populaire

Les analystes pensent généralement que l'occupation de Wall Street est causée par la faiblesse continue de l'économie américaine et par le fort taux de chômage. Tandis que le gouvernement d'Obama au pouvoir depuis trois ans est critiqué par de plus en plus de factions politiques pour sa faible gouvernance, ses mesures inappropriées pour sauver l'économie, notamment en ce qui concerne le taux de chômage qui reste supérieur à 9% alors que les Etats-Unis sont sortis de la crise financière il y a deux ans. Les perspectives sont sombres, ce qui provoque l'approfondissement des contradictions sociales et le creusement de l'écart entre les riches et les pauvres.

Les gens participant à cette protestation viennent de tous cercles de la société, leurs plaintes et revendications sont complexes. Les principales concernent la reprise de l'influence sur les décisions politiques et économiques, la condamnation des grandes entreprises, notamment des magnats de la finance qui ont corrompu la politique, ainsi que la demande au gouvernement d'investir plus de ressources dans la protection du bien-être social. En outre, l'opposition aux guerres à l'étranger, notamment celle d'Afghanistan, les exigences en matière de justice, de protection environnementale et de droits de l'homme font aussi partie de ce mouvement.

Les deux partis se renvoient la balle

Face à cette protestation qui gagne en ampleur ces derniers jours, les deux partis américains se renvoient la balle de la responsabilité. Les Démocrates qui occupent la Maison blanche ont montré de la compréhension et du soutien. Barack Obama a ouvertement expliqué aux médias qu'il comprenait la colère des protestataires. Ce n'est pas que chaque Américain est bien discipliné, Wall Street en est en exemple. Timothy Geithner, Secrétaire au Trésor et Ben Bernanke, président de la FED (Réserve fédérale américaine), habituellement réticent à commenter les affaires politiques, ont également exprimé leur sympathie aux protestataires.

Simultanément, les dirigeants du Parti républicain, qui disent représenter la classe moyenne américaine, adoptent généralement une attitude critique. Eric Cantor, représentant des protectionnistes extrêmes est le plus virulent : « Je m'inquiète des émeutiers qui pourraient occuper Wall Street et les autres villes américaines », a-t-il déclaré.

Dans le cas actuel, les diverses factions au sein des deux partis ont des attitudes différentes face au mouvement. Mais avec le développement de la situation, le front des factions sera plus clair, et leur implication plus directe. L'issue de ces protestations est encore incertaine.

La mobilisation de Wall Street n'a pas encore accédé au statut de force politique américaine, mais son développement lui assure un impact sur les décisions politiques, économiques et peut-être militaires aux Etats-Unis. Avec l'intervention de groupes politisés comme les syndicats, l'occupation de Wall Street prendra une couleur politique plus distincte.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Hu Jintao : la Chine s'en tiendra au développement pacifique dans la poursuite du renouveau
La loi américaine sur la devise chinoise fait plus de mal que de bien : médias américains
La Chine a naturellement ses nobles ambitions
Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation