Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 28.09.2011 13h13
La Chine et la Russie contre un plan de l'UE sur les émissions de l'aviation

La Chine et la Russie se sont conjointement opposées à un plan de l'Union européenne (UE) visant à demander aux compagnies aériennes d'acheter des permis d'émissions de carbone, plan selon elles empiéterait sur la souveraineté des compagnies et infligerait des fardeaux supplémentaires aux transporteurs aériens mondiaux.

Le plan de l'UE prévoit en effet de contraindre les transports aériens mondiaux à prendre part au Programme du commerce d'émissions (Emissions Trading Scheme, ETS), empiétant ainsi sur la souveraineté d'autres pays et provoquant "un impact extrêmement négatif pour l'industrie de l'aviation internationale", a annoncé l'Administration de l'aviation civile de Chine (CAAC), dans un communiqué conjointement publié avec le ministère russe des Transports.

D'après le plan de l'UE, les vols sortants ou arrivants sur la zone de l'UE devront acheter des permis de l'ETS à partir de janvier 2012, à proportion de 15% de leurs émissions de carbone, et imposeront de lourdes amendes aux compagnies ne respectant pas ce règlement.

La Chine a estimé à 800 millions de yuans (123 millions de dollars) le montant que le programme ETS infligera à ses compagnies aériennes pendant la première année après son entrée en vigueur, et à un total de 17,6 milliards de yuans (2,71 milliards de dollars) d'ici 2020, selon un responsable de la CAAC.

"Nous nous opposons à tout décision unilatérale et contraignante, prise sans un accord des parties concernées sur la question des émissions de carbone dans l'aviation", indique le communiqué.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine et la RPDC mettent l'accent sur la promotion des relations bilatérales
Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation
La Chine doit diversifier ses investissements
Une génération instable a-t-elle surgi en Europe ?