Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 20.09.2011 08h56
Des entreprises chinoises étudient leurs options pour repartir en Libye

Selon les statistiques, quelque 75 entreprises chinoises menaient une cinquantaine de projets forfaitaires publics d'une valeur générale d'environ 18,8 milliards d'USD en Libye avant la guerre civile du pays. Ces entreprises se sont retirées de Libye en mars. Au cours de la semaine dernière, le gouvernement chinois a reconnu le CNT (Conseil national de transition) tandis que ce dernier s'est engagé à observer les contrats et conventions établis entre les deux parties avant la guerre et a exprimé la bienvenue aux entreprises chinoises souhaitant prendre part à la reconstruction de la Libye.

Li Shuo, responsable du projet du réseau de télécommunication de la société ZTE en Libye, a exprimé un sentiment entre la joie et l'inquiétude par rapport à cette situation. Selon lui, les employés de ZTE en Libye n'ont jamais cessé de maintenir le réseau, mais il est encore trop tôt pour parler d'une reconstruction générale.

« Nous avons établi le réseau, et il est nécessaire de le maintenir. Après le retrait des expatriés chinois, des employés locaux ont été responsables de la maintenance. Si nous repartons en Libye, ce sera pour la maintenance et la remise en état normal du réseau. Il est encore trop tôt pour parler de reconstruction », a-t-il indiqué.

La China Communications Construction Company est un poids lourd des entreprises chinoises en Libye. En avril 2009, le groupe a établi un contrat forfaitaire pour 5 000 logements et plusieurs infrastructures avec le Centre de développement administratif de Libye, pour une valeur générale de 1,05 milliard d'USD. Le groupe chinois reste encore discret à propos des projets de reconstruction de la Libye, mais « on s'y prépare », a annoncé un responsable du département de la culture d'entreprise du groupe. « Il y a encore beaucoup d'incertitude. Notre projet immobilier n'a pas l'air de redémarrer dans l'immédiat. »

Quelles seraient alors les entreprises les plus demandées en ce début de reconstruction ?

« Ce serait pour des projets de base concernant la vie de tous les jours, tels que l'approvisionnement en eau, en électricité, en pétrole, en gaz, la télécommunication, etc. Les entreprises dans ces secteurs ont plus de chance de participer, mais les projets immobiliers ou ferroviaires pourraient être remis à plus tard », a indiqué Zhang Xiaodong, chercheur à l'Institut des études sur l'Afrique et l'Asie de l'Ouest.

En réalité, 13 entreprises publiques centrales menaient des projets forfaitaires avant le mois de mars, dans l'immobilier, l'infrastructure, les chemins de fer, les raffineries et les télécommunications. Les entreprises chinoises repartiront en Libye en fonction des besoins identifiés au fur et à mesure de l'évolution de la reconstruction.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le président laotien en visite en Chine
Pourquoi la Chine est-elle toujours attaquée lors des élections présidentielles aux Etats-Unis ?
Les prix à Beijing sont-il plus élevés qu'à New York ?
Il faut réduire le fossé des richesses