Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 16.09.2011 08h56
Le nord de la France s'efforce de devenir le point d'entrée en Europe des entreprises chinoises

« Comme on est sur un flux qui est encore limité, personne n'a de place, et notre ambition est de devenir numéro un » en terme de port d'entrée en Europe des investissements asiatiques, a déclaré Yann Pitollet, directeur général de NFX (Nord France Expert). Ce dernier est venu à Shanghai et Beijing avec Luc Doublet, président de la compagnie, pour promouvoir la coopération commerciale entre la région Nord-Pas-de-Calais et les entreprises chinoises.

Située à une heure de Paris par le TGV, la région Nord-Pas-de-Calais possède une interconnexion très développée de réseaux ferrés, routiers et fluviaux. « On peut aller où l'on veut en Europe par train depuis Lille », confirme M. Luc Doublet. « Grâce à ces réseaux, nous sommes devenus la première région de distribution d'Europe et le port de Dunkerque est déjà connecté à plusieurs ports chinois. »

Il s'agit également d'une région industrielle importante qui présente la plus faible émission de carbone en Europe, et d'une région très développée en termes d'éducation et de culture.

« Les investisseurs ont un intérêt de s'installer dans ce premier bassin de consommation de l'Europe qui représente un pouvoir d'achat, dans la zone de 300 km autour de Lille, de 1 530 milliards d'euros », a indiqué Yann Pitollet.

La région a adopté des mesures pour attirer les investisseurs étrangers, telles qu'une exonération fiscale jusqu'à 40 % de l'IS, et des aides directes à la création de centres de recherche et aux programmes de recherches.

« Ce que nous pouvons proposer aux entreprises chinoises, c'est d'être une source de la production des produits qui seront ensuite vendus sur le marché chinois : les produits “made in France” », déclare le directeur général de NFX.

En fait, tous les secteurs sont ouverts aux investisseurs internationaux au Nord-Pas-de-Calais, et « toutes les activités qui dégagent des profits pour les deux parties sont les bienvenues », indique Luc Doublet.

Les représentants de NFX ont souligné les rachats d'entreprises locales par des investisseurs chinois. « On sent par là le début d'un phénomène », estime Yann Pitollet. « La création et le rachat sont les deux formes d'investissement, mais on constate que beaucoup de créations finissent par l'achat », ajoute Luc Doublet.

« En matière d'investissement, ce que l'on sait c'est qu'il y a une situation assez déséquilibrée entre les investissements chinois en France et les investissements français en Chine. Il y a beaucoup plus d'entreprises françaises en Chine que d'entreprises chinoises en France. Notre souhait, qui est partagé par nos partenaires en Chine, est de rétablir l'équilibre, de sorte qu'il y ait plus d'entreprises chinoises qui investissent en France, et notamment dans la région de Lille », annonce Yann Pitollet.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine appelle à approfondir les échanges entre les peuples pour renforcer les relations sino-européennes
La Chine veut avoir un rôle constructif en Libye
Le vrai prix du 11 septembre pour les Etats-Unis
La crise latente s'aggrave dans l'Union Européenne