Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 12.09.2011 10h22
Le barrage des Trois-Gorges fonctionnera à sa pleine capacité d'ici fin octobre

Le barrage des Trois-Gorges, le plus grand projet hydraulique et hydroélectrique du monde, a commencé samedi matin sa mise en eau, afin d'atteindre sa pleine capacité de production d'ici fin octobre, a indiqué un responsable du projet.

Le barrage, situé dans la province du Hubei (centre), a retenu l'eau en déchargeant moins vers les cours inférieurs du fleuve Yangtsé, le plus long fleuve du pays. Cette opération devrait durer jusqu'à la fin du mois d'octobre ou de novembre, a expliqué le responsable.

Le niveau d'eau du réservoir était de 152 mètres avant la mise en eau de samedi, mais il s'élèvera de vingt-trois mètres dans les deux prochains mois, a-t-il ajouté.

Le barrage fonctionnera pour la deuxième fois à sa pleine capacité après son premier test du genre en octobre 2010.

Fonctionner à pleine capacité permettra de mettre pleinement en valeur les fonctions du barrage, à savoir générer de l'hydroélectricité, déverser de l'eau dans les cours inférieurs pour réduire la sécheresse printanière et conserver de l'eau des inondations en été, comme ce qui exige le Centre national de contrôle des inondations et de la lutte contre la sécheresse de Chine.

Lancé en 1993 avec un budget d'une valeur de 22,5 milliards de dollars, le projet des Trois-Gorges se compose principalement du réservoir, d'une écluse à cinq niveaux et de vingt-six turbo-générateurs. Ses fonctions clé consistent à contrôler les inondations et produire de l'électricité.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les relations Chine-Algérie est un modèle des relations d'Etat-Etat (responsable chinois)
Quotidien du Peuple : la gestion de crise ne peut pas aider ConocoPhillips
Comment les femmes peuvent réussir dans un monde d'hommes
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience