Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 07.09.2011 08h22
Le président islandais voit d'un bon œil le projet d'acquisition d'un terrain de 300 km² par un homme d'affaires chinois
Huang Nubo

Un chinois riche compte acheter 0,3% du territoire de l'Islande pour des projets touristiques

Zhongkun défend son plan d'investissment en Islande

Le Président islandais est favorable à l'achat d'un vaste terrain en Islande par un riche commerçant chinois

Islande : un magnat chinois veut investir gros


Les médias ont en effet annoncé le 30 août le projet de l'homme d'affaires chinois Huang Nubo d'acquérir un terrain de 300 km² en Islande pour un budget de 100 millions d'USD, dont 8,8 millions pour l'achat de la propriété et 92 millions alloués durant les prochaines années à la construction d'hôtels de luxe et de bases touristiques.

En réponse à cette annonce, le président islandais Olafur R. Grimsson a exprimé sa perception du projet comme un signe du développement des relations entre l'Islande et la Chine. Bien que le projet doive encore subir des examens administratifs stricts, il n'y a surtout pas de raison de s'inquiéter devant les investissements chinois, a-t-il indiqué lors d'une interview accordée au quotidien anglais Financial Times.

Le président Grimsson a exprimé son attachement aux bonnes relations entre son pays et la Chine et l'Inde, et a fait l'éloge des investisseurs de ces deux pays pour l'intérêt et le soutien qu'ils ont accordés de manière « constructive » à l'Islande. Le président s'est rendu cinq fois en Chine au cours des six dernières années et a reçu, lors de son mandat, plus de délégations chinoises que le total des délégations venues des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de la France, de l'Italie et de l'Espagne. Il a également rencontré le Chinois Huang Nubo en août.

Par contraste, le président Grimsson a exprimé un certain mécontentement contre ses alliés de l'OTAN. « L'UE n'a pas fait preuve d'amitié, tandis que les États-Unis ne sont même pas apparus », a déclaré le président, ajoutant s'être senti abandonné il y a trois ans par l'UE et les États-Unis après l'explosion de la crise financière globale.

Il a aussi expliqué que l'UE n'aurait pas dû faire feu de tout bois sur l'Islande dans le récent différend sur les pertes des épargnants anglais et hollandais dans la faillite de la banque islandaise Icesave.

Le président s'est également rappelé le manque d'intérêt affiché par les États-Unis envers son pays depuis la fermeture, il y a cinq ans, de la base aérienne américaine près de Reykjavik, capitale du pays.


Huang Nubo a réitéré le 2 septembre, à l'occasion d'une conférence de presse à Beijing, que son projet serait de « nature purement commerciale ». Le groupe commercial Zhongkun sous sa direction va observer toutes les stipulations locales, telles que l'obligation que le conseil d'administration de toute nouvelle firme immatriculée en Islande soit composé aux deux tiers d'Islandais ou d'Européens.

Le projet de M. Huang attend naturellement l'approbation des gouvernements chinois et islandais. Ce dernier a présenté une forte envie d'introduire des fonds étrangers pour contrer les effets négatifs importants de la crise financière.

Le projet est déjà transféré au ministère islandais de l'Intérieur, et le ministre a souligné la prudence dans l'examen du dossier. En effet, 300 km² représentent à peu près 0,3 % du territoire du pays.

Normalement, les lois islandaises empêchent les étrangers de posséder des terrains dans le pays, à moins qu'ils puissent convaincre le gouvernement des caractères exceptionnels de leurs projets.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine n'est pas opposée "en principe" au dégel des avoirs libyens
Quotidien du Peuple : la gestion de crise ne peut pas aider ConocoPhillips
Comment les femmes peuvent réussir dans un monde d'hommes
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience