Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 01.09.2011 11h24
Zhongkun défend son plan d'investissment en Islande

Un chinois riche compte acheter 0,3% du territoire de l'Islande

Le Président du Zhongkun Group, dont le siège est à Beijing, Huang Nubo, a déclaré mercredi que le projet de son entreprise de construire un lieu de villégiature en Islande était purement commercial, après que le Financial Times ait rapporté que des opposants au projet aient dit qu'il pourrait en fait être politique par nature.

Zhongkun, entreprise immobilière privée fondée en 1995, envisage en effet d'acquérir 300 km carrés de terres en Islande pour y construire un lieu de villégiature de haut de gamme avec des investissements totaux de 200 millions de Dollars US.

Cet endroit comprendra un hôtel, un terrain de golf et des aires réservées à des activités de plein air, avait dit M. Huang lors d'un entretien avec Xinhua.

Possédant déjà plusieurs projets immobiliers en Chine et aux Etats-Unis, M. Huang a précisé qu'il s'intéressait à l'Islande parce qu'elle a un potentiel touristique.

Bien que ce projet puisse ne pas générer de bénéfices immédiatement, ses magnifiques paysages et son environnement naturel pourraient attirer les voyageurs du monde entier vers ce lieu de villégiature, a dit M. Huang.

Mardi, le Financial Times a cité des opposants au projet de M. Huang pour qui cela pourrait être en fait une couverture pour les ambitions géoplotiques de la Chine.

« Le projet est un acte purement commercial, et il n'a rien à voir avec la politique. Ces inquiétudes sont sans fondement », a dit M. Huang. « J'espère que mon projet sera bénéfique, tant pour mon entreprise que pour les habitants locaux ».

M. Huang a confirmé qu'en effet il a travaillé pour le Département Publicité du Comité Central du Parti Communiste Chinois et pour le Ministère de la Construction dans les années 1980 et au début des années 1990.

« Je n'étais alors qu'un simple fonctionnaire, et j'ai quitté mon emploi au Gouvernement il y a fort longtemps. C'est ridicule d'en tirer la conclusion que mon entreprise bénéficie du soutien du Gouvernement », a t-il dit.
En dehors des motivations d'affaires, M. Huang a aussi des liens personnels avec l'Islande.
En effet, il a partagé une chambre avec un étudiant islandais en visite à la Peking University dans les années 1970, et depuis lors, ils sont devenus bons amis.

Et l'année dernière, M. Huang a donné un million de Dollars US pour créer une fondation dont l'objectif est d'apporter un soutien aux échanges entre poètes chinois et islandais, et qui a parrainé le premier festival de poésie sino-islandais.

« J'ai visité la première fois l'Islande pour assister au festival. Ses paysages m'ont beaucoup impressionné, et les hommes d'affaires locaux m'ont dit qu'ils étaient désireux d'attirer des investissements chinois », a dit M. Huang, qui est aussi un alpiniste chevronné.

L'accord sur les terres a été conclu entre l'entreprise de M. Huang et les propriétaires, mais il doit obtenir encore le feu vert du Gouvernement islandais.

Ce projet d'investissement doit aussi obtenir l'autorisation du Gouvernement chinois. L'entreprise a déposé sa demande lundi, et il faudra au moins six mois aux autorités chinoises pour prendre une décision, a dit M. Huang.

Comme ce terrain abrite une des plus grandes rivières glaciaires d'Islande, M. Huang a promis de céder les droits d'exploiter les ressources en eau, et a prévu de mettre sur pied une équipe d'experts pour évaluer les impacts environnementaux du projet.

La Chine encourage ses entreprises à investir à l'étranger en tant qu'effort pour réduire les risques d'achat de dettes gouvernementales étrangères pesant sur ses 3 000 milliards de Dollars US de réserves en devises.

Huang Nubo n'est pas le premier investisseur chinois à faire face à des soit-disant problèmes politiques ou de sécurité en faisant des affaires à l'étranger.

Mei Xinyu, expert à l'Académie Chinoise de Commerce International et de Coopération Economique, a dit à Xinhua qu'en Occident, certaines personnes n'ont toujours pas changé leur mentalité de l'époque de la Guerre Froide, et considèrent la Chine comme un nouvel adversaire.

« Cela va prendre du temps aux autres pays pour comprendre que les investissements chinois auront un rôle positif », a dit M. Mei.

Les experts sur le sujet ont estimé que les investissements directs des entreprises étrangères sur les marchés internationaux pourraient atteindre de 1 000 à 2 000 milliards de Dollars US dans la prochaine décennie.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Libye : la Chine proclame son soutien aux Nations-Unies
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon