Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 01.09.2011 11h21
L'avenir d'Apple en question après le départ de Steve Jobs

A la suite de la démission de Steve Jobs en tant que PDG d'Apple, l'entreprise qu'il a fondée il y a plusieurs décennies, analystes et clients en Europe croient que cet évènement est le signe d'un changement, mais il est peu probable que cela ait un fort impact sur l'innovation au sein de l'entreprise.

Avec tout le flair d'un homme de spectacle, Steve Jobs a toujours semblé prendre plaisir à mettre au mieux la scène de notre temps dans la lumière.

« Et une chose encore » était la phrase que les fidèles d'Apple s'attendaient à entendre du co-fondateur et patron visionnaire de l'entreprise. C'était le signal qu'un lapin allait être sorti du chapeau, ou tout au moins l'équivalent technologique.

Sur le plan personnel, il s'est battu et a survécu à une forme rare de cancer du pancréas qui l'avait déjà contraint à renoncer plus d'une fois à s'occuper des activités quotidiennes de l'entreprise.

En annonçant sa démission de son poste de PDG et en apportant son soutien à Tim Cook pour le remplacer, Steve Jobs a donné le signal : il est temps d'aller de l'avant.

A l'extérieur de la Boutique Apple de Covent Garden à Londres, les consommateurs contemplent ce que changement veut dire pour la marque qu'il a construite en une entreprise puissante de renommée mondiale.
Ilya Ryndin, cliente, a dit « Il va manquer à l'entreprise, parce que je sais qu'il était l'incarnation d'Apple ».
Quant à Simon Leavesley, il a dit « C'est un peu un choc, mais je ne peux pas le lui reprocher, avec les problèmes de santé qu'il a ».

Et pour Holly Wilson, « je suis choquée certes, mais pas dévastée non plus. J'aurai toujours plaisir à acheter n'importe quel produit de chez Apple, c'est une marque établie, j'ai confiance en la qualité de leurs produits ».

Mark Mulligan est un stratège numérique indépendant, qui a vu Steve Jobs à l'action à plusieurs occasions, et pour lui, « Il est clairement charismatique. C'est clairement quelqu'un dont je dirais que c'est une forte personnalité, et quelqu'un qui sait y faire pour faire passer les qualités de meneur d'hommes chez les gens. Sinon il n'aurait jamais pu arriver à un point si haut et relever tant de défis, personnels autant que professionnels. Il a réussi à obtenir des choses que personne d'autre n'a réussi à obtenir en négociant ».

Carolina Milanesi est analyste en chef Apple chez Gartner Research, et pour elle, la question que tout le monde se pose est celle-ci :

Il a dit : « C'est presque comme si certaines personnes pensaient à cela en tant que fin d'Apple, ce qui est absolument une façon erronée de considérer l'entreprise qui a un iPhone 5, qui a une nouvelle version de l'iPad, qui a iCloud. D'une certaine manière, si vous voulez, Apple commence un nouveau voyage, et peut-être que c'est le bon moment pour Steve Jobs de passer les rênes à Tim Cook pour diriger la prochaine phase de l'entreprise. Au moment où l'entreprise est saine et se porte très bien ».
Il y a eu peu de choses au sujet de cette nouvelle qui est arrivée comme une véritable surprise, en dehors peut-être de son timing précis.

Pour autant, cela ne diminuera pas l'impact du fait d'avoir entendu dire que l'homme qui a donné naissance au plus remarquable tournant entrepreneurial de notre temps envisage d'avoir un rôle plus modeste dans l'entreprise qu'il a fondée.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Libye : la Chine proclame son soutien aux Nations-Unies
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon