Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 31.08.2011 08h45
Il est encore trop tôt pour que les entreprises chinoises relancent leurs investissements en Libye
Un chantier d'une compagnie de construction chinoise à Benghazi, en Libye. Le projet a été suspendu à cause de la guerre civile dans le pays. Pour le ministère chinois du Commerce, il est encore trop tôt pour que les entreprises chinoises relancent leurs investissements en Libye en raison des risques qui y subsistent.

Bien qu'un nombre croissant de pays reconnaissent le CNT (Conseil national de transition) comme le nouveau gouvernement de la Libye, et que certaines entreprises chinoises montrent une volonté de se relancer dans le pays, pour le ministère chinois du Commerce, il est encore trop dangereux d'investir ou d'augmenter les investissements en Libye.

Xie Yajing, conseillère commerciale au département des affaires de l'ouest de l'Asie et de l'Afrique, indique toutefois qu'il y aura des opportunités pour les entreprises chinoises dans la reconstruction post-guerre civile en Libye après que la situation politique du pays sera redevenue stable et claire.

Alors que de plus en plus de pays reconnaissent le CNT comme gouvernement légitime, et que les rebelles font la chasse à l'ancien chef d'État Muammar Gadhafi, certains experts chinois estiment que les entreprises chinoises peuvent d'ores et déjà retourner en Libye pour prendre part à la reconstruction du pays.

« Il est vrai que certaines entreprises chinoises pensent reprendre leurs affaires ou chercher de nouvelles opportunités en Libye, mais le moment est encore loin d'être opportun, surtout qu'il y existe toujours de véritables risques à court terme, » s'oppose Mme Xie, sans pour autant donner des explications détaillées.

« Pour l'heure, nous essayons de prendre contact avec le CNT et de fournir des aides humanitaires au peuple libyen », a déclaré Mme Xie.

« Les troubles libyens ne se résoudront pas à court terme, et le chaos et le désordre vont persister encore un certain temps. Une relance hâtive risquerait d'avoir des conséquences catastrophiques », a indiqué Wang Haiyun, chercheur confirmé à la Fondation des études internationales de Chine.

« La priorité pour le gouvernement chinois consiste à protéger les actifs des investisseurs chinois en Libye et à préparer les conditions pour leur relance, par exemple en offrant de l'aide humanitaire », a poursuivi Wang.

Le ministre du Commerce Chen Deming avait déclaré en mars que la Chine ne possédait pas d'investissements directs en Libye, hormis les 50 contrats de travaux publics forfaitaires d'une valeur de 18,8 milliards d'USD.

Shen Danyang, porte-parole du ministère, a indiqué lors d'un point de presse que la Chine souhaitait voir la reprise aussi tôt que possible d'une situation stable en Libye, et qu'elle jouerait certainement un rôle actif dans la reconstruction du pays, avec le concours de la communauté internationale.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Libye : la Chine proclame son soutien aux Nations-Unies
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon