Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 30.08.2011 08h52
Un membre du groupe de réflexion chinois parle de la crise de la dette européenne

La crise de la dette européenne et la crainte de sa propagation sont bien évidemment au coeur des récentes perturbations survenues sur la scène financière internationale. Un professeur du groupe de réflexion chinois, l'Académie chinoise des Sciences sociales, analyse cette situation de crise de la dette en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Il estime que si le scénario européen est effectivement précaire, les perspectives ne sont pas si sombres.

Professeur Pei Yuanlun

Académie chinoise des Sciences sociales

"Premièrement, le problème européen n'est pas le même que celui des Etats-Unis, l'Europe n'est pas un pays, mais 27 nations qui agissent ensemble. Cependant, le groupe manque d'efficacité en vue d'exécuter des décisions sur le plan fiscal prises par la banque centrale. Et cela fait perdre davantage de temps en raison des procédures administratives de chaque pays. Deuxièmement, l'euro n'est pas le même que le dollar. Les Etats-Unis peuvent résoudre la crise en faisant fonctionner la planche à billets, chose plus délicate pour l'Europe. Troisièmement, les Etats-Unis sont riches en ressources, qui peuvent être converties en argent pour rembourser sa dette."

Pei Yuanlun souligne que malgré le fait que le montant de la dette japonaise soit équivalent au double du PIB du pays, le Japon dispose de capitaux à l'extérieur du pays, qui aident ce dernier à rembourser ses dettes. De plus, le Japon a opéré d'importants investissements outre-mer, non inclus dans le PIB, et qui génèrent des revenus pour son économie.

Professeur Pei Yuanlun

Académie chinoise des Sciences sociales

"Le Japon dispose aussi de 3 avantages par rapport à l'Europe. Le premier, 95% de ses dettes sont tenues par sa propre population et ses propres institutions. Deuxièmement, malgré que la dette soit le double de son PIB, le pays a encore une richesse très importante investie à l'extérieur dans le monde, ce qui constitue un grand avantage par rapport aux investissements européens. Troisièmement, cela revient moins cher au gouvernement japonais de rembourser ses dettes par le biais des obligations en raison de taux d'intérêt ultra-bas."

Ainsi, d'après Pei Yuanlun, la crise de la dette dans la zone euro présente bien plus de danger. Néanmoins, il estime que la région est sur la bonne voie.

Professeur Pei Yuanlun

Académie chinoise des Sciences sociales

"Les organisations comme le FMI ont fait de gros efforts pour aider les pays européens, en octroyant pour 365 milliards d'euros de prêts à la Grèce, à l'Irlande et au Portugal. Les banques à l'intérieur et à l'extérieur de ces pays ont acheté pour 96 milliards d'euros en obligations émises par leurs pays en difficulté, et mis en place des organisations visant à soulager la crise de la dette."

Le professeur Pei a prédit que l'avenir de l'Europe n'était pas si sombre, les pays travaillant à raviver l'économie par le biais de la création d'emplois et de la réduction des dépenses.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Libye : la Chine proclame son soutien aux Nations-Unies
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon