Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 26.08.2011 16h30
Des échanges opportuns et efficaces entre la Chine et la France

Nicolas Sarkozy, Président français, est arrivé à Beijing le 25 août dans l'après-midi pour effectuer une visite en Chine. Il a eu un entretien avec Hu Jintao, Président chinois et étaient présents à un dîner offert en son honneur. Bien que l'entretien n'ait pas duré longtemps, les dirigeants des deux pays ont eu, dans une atmosphère sincère et amicale, des discussions approfondies sur la situation économique mondiale de l'heure actuelle, la crise de la dette européenne, l'ordre du jour du Sommet du G20, ainsi que sur les relations bilatérales. L'entretien a été fructueux.

Cette visite du Président Sarkozy est une visite de travail de courte durée, faite à l'occasion de son voyage en Nouvelle-Calédonie, territoire français d'outre-mer. Elle a attiré une attention générale, parce qu'à l'heure actuelle, les économies de la France, de la zone Euro et du monde entier se trouvent dans une période très difficile.

Les économies des Etats-Unis, du Japon et des pays développés en Europe ne sont pas encore sorties de leurs difficultés et les économies mondiales connaissent des risques croissants. Surtout la zone Euro et la France pourraient encore subir un violent choc du marché financier. Par exemple, la note souveraine de France est menacée d'une baisse et Les CDS, qui mesurent le risque de faillite estimé par les marchés, étaient en forte hausse sur la zone Euro, en particulier pour la France. Le projet de mise en place d'une administration économique dans la zone Euro proposé par le Sommet franco-allemand a augmenté les doutes sur la capacité du marché à réagir, face à la crise du la zone Euro. La France et l'Allemagne ont récemment proposé d'augmenter la taxe sur les transactions financières internationales. Ce qui a suscité une contestation générale. Sans le soutien de la Chine et d'autres pays, cette proposition ne pourra pas être facilement appliquée.

Dans cette situation, on place un grand espoir dans le Sommet du G20 prévu en novembre prochain à Cannes. La France assure la présidence tournante du G20. Pour montrer sa capacité de coordination diplomatique et faciliter sa réélection éventuelle l'année prochaine, M.Sarkozy espère que le Sommet du G20 pourra réaliser des percées sur la réforme du système monétaire international, l'équilibre économique mondial ainsi que sur la stabilité des prix des produits de grande consommation. En mars dernier, M.Sarkozy est venu spécialement en Chine pour participer à un colloque de haut niveau sur la réforme du système monétaire international et a eu un entretien avec le Président Hu Jintao. Cette fois-ci, il fait une nouvelle visite en Chine dans l'espoir d'aboutir à un plus grand consensus de vues, avant le Sommet du G20.

Les questions, qui attirent l'attention de la France, intéressent également la Chine. La Chine participe aux affaires mondiales, toujours en tant que grand pays responsable. Elle a lancé un grand plan visant à stimuler l'économie. Ce qui a permis de maintenir une croissance relativement stable de son économie et contribué au rétablissement de l'économie mondiale.

En ce qui concerne le Sommet du G20, le Président Hu Jintao a insisté pour dire que la Chine est d'accord avec les principaux sujets de ce Sommet et apprécie de manière positive les préparatifs efficaces accomplis par la France pour le Sommet. La Chine continuera à soutenir et à participer aux différentes activités du Sommet.

S'agissant de la crise de la dette de la zone Euro, le Président Hu a dit à plusieurs reprises que la Chine a confiance dans l'économie européenne et dans l'euro. En fait, la Chine a toujours acheté des obligations et augmenté ses importations en provenance de l'Union européenne.

La Chine attache depuis toujours une grande attention au développement de ses relations avec la France et avec l'UE. D'ailleurs, il n'existe aucun conflit d'intérêts entre la Chine et la France, ni entre la Chine et l'UE. A l'heure actuelle, dans une période cruciale « pleine de crises » sur le marché financier international, la Chine et la France, la Chine et l'UE ont un plus grand besoin de renforcer la confiance stratégique mutuelle. Cette fois-ci, la visite «imprévue » du Président Sarkozy en Chine reflète dans une très grande mesure ce point. Le renforcement de la confiance stratégique mutuelle aidera à développer les relations entre la Chine et la France, entre la Chine et l'UE et aidera aussi à faire sortir l'économie mondiale de la cirse.

(L'auteur est Zhang Jian, directeur adjoint de l'Institut des Etudes européennes rattaché à l'Institut des Relations internationales modernes de la Chine)

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : révision du projet d'amendements du Code de procédure pénale
L'Asie de l'Ouest et l'Afrique du Nord font face à une réorganisation difficile
Encore la « menace chinoise » ?
Comment la dégradation de la note du crédit des Etats-Unis va t-elle affecter la Chine ?