Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 26.08.2011 14h41
L´après-Jobs plonge Apple dans l´incertitude

Steve Jobs abandonne son poste de PDG d'Apple après avoir boosté les actions de la société de 9 000% depuis 1997. Il laisse l'entreprise dont il est le co-fondateur entre les mains d'un collaborateur de confiance, avec pour mission : prouver qu'il peut continuer à fabriquer des produits qui font exploser les ventes et changent les habitudes de calcul et de communication dans le monde entier. D'après des spécialistes, la démission de Jobs ne devrait pas avoir d'impact négatif sur la position d'Apple, mais les fans seront, à n'en pas douter, inconsolables de la perte de ce visionnaire en blue jean et col roulé noir.

Le jour est arrivé...

Steve Jobs, le patron icône de la marque Apple, qui se bat contre un cancer depuis déjà plusieurs années, rend son tablier.

Un jour qui marque la fin de 14 ans de règne sur une entreprise qui doit largement son phénoménal succès à sa recherche permanente et à sa capacité de penser au-delà de l'ordinaire et de toujours repousser les limites.

Steve Jobs, qui a révolutionné et intégré les sphères de la communication, de la technologie, de la musique et des médias avec l'iPhone, l'iPod et l'iPad, est considéré comme le coeur et l'âme de la société, qui avait fait ses débuts dans un garage.

Malgré une santé de plus en plus défaillante au fil des ans, il a toujours fait le déplacement, deux fois par an, pour présenter au public les nouveaux produits Apple, récemment, l'iPad en mars et le service de synchronisation de musique iCloud en juin.

Steve Jobs

"Nous ne sommes pas parfaits, nous le savons, vous le savez, et nos téléphones ne sont pas parfaits. Mais nous voulons rendre tous nos utilisateurs heureux."

Le remplaçant de Jobs, le directeur opérationnel du groupe Tim Cook, est hautement respecté dans l'industrie, mais peu connu en dehors et loin de dégager la même aura que son prédécesseur. Avec son éternel pull noir et ses fines lunettes rondes, Jobs était le visage d'Apple. Pour les médias, c'était Steve Jobs, seul au centre de la scène dans un one-man show qui présentait l'iPhone, l'iPad ou le dernier Macbook.

Avec de nouvelles versions de l'iPad et de l'iPhone déjà en chantier, les spécialistes n'ont aucun doute sur le futur à court et moyen terme d'Apple. Mais en l'absence de celui que l'on décrivait comme un "visionnaire" et l'équivalent dans le monde de l'entreprise d'un "chef d'orchestre brillant et doté d'un talent hors du commun", l'avenir de la société risque de se faire plus incertain.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : révision du projet d'amendements du Code de procédure pénale
L'Asie de l'Ouest et l'Afrique du Nord font face à une réorganisation difficile
Encore la « menace chinoise » ?
Comment la dégradation de la note du crédit des Etats-Unis va t-elle affecter la Chine ?