Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 21.08.2011 09h30
Mieux vaut pour les Etats-Unis s'ouvrir davantage à la Chine que de montrer du doigt le yuan (COMMENTAIRE)

A l'occasion de la visite en Chine du vice-président américain Joe Biden, la monnaie chinoise est repassée à la une de certains quotidiens occidentaux, alors que des informations sérieuses indiquent que l'invité venu de Washington pourrait presser la Chine de réévaluer plus rapidement sa monnaie.

Toute spéculation sur une soi-disant sous-évaluation du yuan se trompe clairement de cible. Au cours de la dernière décennie, tant de choses ont déjà été dites dans les pays occidentaux sur la monnaie chinoise, le yuan, également connu sous le nom de "renminbi" ou RMB... Le sujet continue pourtant d'être rebattu, encore et encore.

Dit simplement, le taux de change n'a jamais été la réelle cause des déficits commerciaux colossaux des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine.

Le yuan a déjà été réévalué de plus de 20% face au dollar depuis 2005, année où la Chine a modifié son régime de taux de change, en renonçant à fixer le cours du yuan par rapport au dollar. Et au cours du premier semestre 2011, le yuan a progressé de 2,33%.

Parallèlement, les déficits commerciaux des Etats-Unis face à la Chine se sont maintenus. Selon les statistiques chinoises, le montant du déficit était de 114 milliards de dollars en 2005, mais il a augmenté jusqu'à atteindre plus de 180 milliards de dollars en 2010.

Washington et Beijing peuvent avoir des désaccords sur les "vrais chiffres" en raison des différentes méthodes de calcul utilisées, mais le fait est que ces déficits colossaux persistent alors même que la monnaie chinoise s'est considérablement appréciée face au billet vert au cours des six dernières années.

De son côté, la Chine a fait d'importants efforts pour introduire progressivement un régime de taux de change plus flexible, en prenant en considération à la fois les conditions à l'intérieur du pays et à l'étranger. L'histoire a montré à maintes reprises que des fluctuations radicales du taux de change sont à l'origine de crises financières et économiques.

En tant que deuxième plus grande économie du monde après les Etats-Unis, et jouant un rôle moteur pour la croissance mondiale, il est important que la Chine maintienne sa stabilité financière et économique. Une économie chinoise instable n'est jamais une bonne nouvelle pour les Etats-Unis et le reste du monde.

Plutôt que des reproches mal fondés et des discours chargés d'émotions, des options raisonnables et viables sont à la disposition des décideurs américains pour renverser la balance, notamment l'assouplissement des restrictions américaines sur les exportations de hautes technologies vers la Chine, ainsi qu'une politique plus ouverte en faveur des investisseurs chinois.

Comme l'ambassadeur des Etats-Unis en Chine Gary Locke l'avait dit en 2009, alors qu'il était secrétaire américain au commerce, certaines réglementations sur les exportations n'ont "aucun sens" de nos jours, car de nombreuses technologies figurant encore sur la liste des technologies sensibles sont déjà disponibles pour les entreprises des autres pays du monde.

Tout en redéfinissant leur politique exportatrice inutilement stricte envers la Chine, les Etats-Unis peuvent également abandonner les idées reçues et laisser entrer davantage d'investissements directs chinois pour mieux résoudre le déséquilibre économique et commercial entre les deux géants.

Les investissements chinois méritent d'être traités plus équitablement, et selon une enquête conjointe de la Asia Society basée à New York et du Woodrow Wilson International Center for Scholars basé à Washington, l'investissement chinois ne représente que 0,1% des investissements directs étrangers des Etats-Unis, et les compagnies chinoises aux Etats-Unis ont créé plus de 10 000 emplois locaux.

Comme de nombreuses personnes de part et d'autre du Pacifique n'ont cessé de le faire valoir, les investissements chinois aux Etats-Unis doivent être encouragés, et le processus américain de sélection des investissements étrangers, drastique au nom de la sécurité nationale, doit être épargné des interférences politiques.

Par Deng Yushan

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les Etats-Unis s'engagent à établir des relations étroites, permanentes et amicales avec la Chine (Joseph Biden)
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale