Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 26.07.2011 14h33
Les autorités ferment deux des cinq faux Apple Stores

Les autorités chargées d'enquêter sur les ventes illégales de produits Apple ont déclaré attendre la réponse de la firme de Cupertino avant de décider du sort des trois autres boutiques suspectées d'opérer sans licence.

Deux de ces cinq magasins qui vendaient des iPhones et des iPads à Kunming, chef-lieu de la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), ont d'ores et déjà été fermés par l'administration locale de l'industrie et du commerce.

Les enquêteurs expliquent toutefois qu'ils ont besoin de davantage d'informations concernant les schémas de distribution d'Apple Chine afin de déterminer si les autres boutiques sont également illégales.

Les autorités ont écrit au siège d'Apple en Chine et attendent des réponses à deux questions, explique M. Liu, un responsable de l'administration.

M. Liu indique que l'administration a demandé à Apple si seuls les revendeurs autorisés sont à même de distribuer les produits de la marque, et si imiter le design épuré qui caractérise les boutiques Apple va à l'encontre des droits de propriété intellectuelle de la compagnie.

Il ajoute que les autorités agiront en fonction de ces réponses.

Les faux Apple Stores ont attiré l'attention des médias du monde entier après qu'ils eurent été démasqués par une blogueuse américaine.

Peu après cette révélation, les autorités ont lancé une enquête sur les ventes illégales de produits Apple.

Cette dernière a ainsi révélé que parmi 300 boutiques, cinq était des magasins non autorisés, indique-t-on dans un article publié sur le site de la municipalité de Kunming.

Deux des magasins ne possédant pas de licence commerciale ont été fermés, alors que trois sont toujours en activité.

Amy Bessette, porte-parole d'Apple en Californie, s'est refusée à tout commentaire sur les faux magasins lors d'une interview avec China Daily.

Elle invite plutôt les clients à consulter la page recensant les revendeurs autorisés sur le site officiel d'Apple.

Une vendeuse dans un des trois magasins non autorisés encore en activité a indiqué que le propriétaire de la boutique avait soumis un dossier auprès de la firme californienne afin de devenir un revendeur autorisé.

Le magasin a même enregistré une fréquentation accrue grâce à la couverture médiatique internationale dont il bénéficie.

Liu Yinliang, un expert juridique à l'Université de Beijing, explique cependant qu'il est illégal pour un revendeur d'utiliser sans autorisation la marque et le logo d'Apple, selon la Loi contre la concurrence par des moyens inappropriés.

La Chine ne possède à l'heure actuelle que quatre magasins Apple officiels à Beijing et Shanghai, bien que la compagnie considère le pays comme un « marché clé ». Par contraste, Apple exploite 236 boutiques aux États-Unis.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La "force de dissuasion de l'Internet" est un jeu dangereux
La Chine s'engage à renforcer la coopération avec le Cameroun
Les relations militaires sino-américaines progressent
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine
La curieuse morale de certains medias occidentaux