Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 20.07.2011 11h02
Les investisseurs se tournent à nouveau vers l'immobilier des grandes villes

Les restrictions sur les achats de logements s'étendant aux villes de deuxième et troisième rang, les chances que les capitaux reviennent vers l'immobilier commercial des villes de premier rang augmentent, ont annoncé mardi des analystes.

Le Gouvernement Central a annoncé qu'il étendrait les limitations sur les achats immobiliers à davantage de villes de deuxième et troisième rang, où les prix de l'immobilier ont connu une hausse substantielle suite à l'afflux d'argent spéculatif venant des villes de premier rang.

« Du fait des restrictions imposées sur les biens immobiliers des villes principales, de nombreux investisseurs petits et moyens de la Municipalité de Shanghai et des provinces du Zhejiang et du Jiangsu choisissent des villes de deuxième ou troisième rang pour investir. Ce qui a fait que nous avons vu monter les prix moyens des loyers et des biens immobiliers dans ces zones ces derniers mois », dit Vicky Shen, Directrice du Département bureau de DTZ pour l'Est de la Chine.

En dépit du fait que le niveau des prix en juin dans 70 grandes villes du pays se soit calmé d'une faàon générale en juin, les villes de deuxième et troisième rang ont remplacé Beijing, Shanghai, Guangzhou et Shenzhen comme villes leaders de la hausse des prix de l'immobilier, la plupart d'entre elles ayant enregistré une hausse de plus de 5% d'une année sur l'autre en juin, d'après les chiffres publiés lundi par le Bureau National des Statistiques.

« Davantage de limitations à l'achat frappant les villes de deuxième et troisième rang, les capitaux spéculatifs vont revenir vers le marché immobilier des villes de premier rang », a dit Mme Shen. De nombreux investisseurs petits et moyens disposant de beaucoup d'argent sont à la recherche d'opportunités dans le secteur commercial depuis les mesures de restrictions touchant les investissements résidentiels dans les plus grandes villes, a t-elle dit.

« En particulier du fait que les voies ferrées à grande vitesse raccourcissent les distances dans le Delta du Yangtsé, les investisseurs préfèrent naturellement les biens immobiliers situés à Shanghai plutôt que dans les autres villes de la région », a dit Mme Shen.

« De nombreux investisseurs recherchent des espaces commerciaux de 100 à 200 mètres carrés d'une valeur d'environ 10 millions de Yuans (1,55 million de Dollars US) », a t-elle ajouté.

« Puisqu'on ne peut plus acheter de biens résidentiels à Shanghai, ma tante a récemment acheté un appartement dans le Yunnan », a dit Zhou Yi, une native de Shanghai âgée de 32 ans. Elle a ajouté que beaucoup de ses proches achètent maintenant des appartements dans des villes de deuxième ou troisième rang. « J'ai entendu tellement d'histoires sur des achats de biens immobiliers à Jiaxing et à Haining, dans la Province du Zhejiang, ou dans des villes proches ces derniers mois », a t-elle dit.

Faisant référence aux restrictions édictées par le Gouvernement sur les achats de biens immobiliers résidentiels, Chen Jun, Président adjoint de la Chambre de Commerce du Zhejiang à Beijing, dit que les entreprises petites et moyennes du Zhejiang ont commencé à se tourner vers l'immobilier commercial et industriel dès 2007.

« L'inflation, la hausse du Yuan, en même temps que l'augmentation du coût de la main d'oeuvre et des matières premières ont érodé la marge bénéficiaire de nos entreprises industrielles, et nous avons estimé que l'immobilier commercial était le meilleur investissement », a dit M. Chen au China Daily.

Lu Qilin, Directeur de recherche chez Shanghai Deovolente Realty à Shanghai, abonde dans le sens de son homologue, selon lequel il est probable que l'immobilier commercial va devenir le prochain centre d'intérêt des investissements. « Comparé avec la bourse ou l'achat d'or, l'investissement dans l'immobilier offrira de plus forts retours, considérant la tendance à l'urbanisation de la Chine dans les trois ou cinq ans qui viennent. Dans le même temps, les investisseurs petits et moyens sont davantage désireux d'investir dans les plus grandes villes car ils sont plus familiers avec le marché là-bas », a dit M. Lu.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Tibet célèbre le 60e anniversaire de sa libération pacifique
Le Tibet lance sa première autoroute
Les relations militaires sino-américaines progressent
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine
La curieuse morale de certains medias occidentaux