Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 08.07.2011 08h03
Encadrer les exploitations minières permet à la Chine de lutter contre la haute consommation énergétique et la pollution de l'environnement

Un rapport publié le 5 juillet par un groupe d'experts de l'OMC a jugé les restrictions appliquées par la Chine sur l'exportation de neuf matières premières (bauxite et coke entre autres) non conformes aux règles de l'OMC, et a soutenu par là les plaintes des États-Unis, de l'UE et du Mexique sur le problème.

Des professionnels trouvent cependant le rapport non objectif et partial. En fait, les plaignants, convoitant les terres rares extraites en Chine, ont pensé obtenir le soutien de l'OMC dans ce sens avant d'aborder le centre de leur problème.

La Chine doit toujours revenir sur l'explication de ses soucis quand il le faut. Selon Zhao Yumin, directeur à l'Institut de recherche du ministère du Commerce, les problèmes de la Chine concernent les deux points suivants.

D'abord, les demandes pour ces matières premières sont de plus en plus importantes en Chine pour répondre à l'accélération de son industrialisation, notamment au développement de l'industrie de la transformation. Étant donné que les ressources sont aussi limitées en Chine que dans le reste du monde, le gouvernement doit prendre les mesures nécessaires pour les protéger à partir de la stratégie du développement soutenu.

Deuxièmement, l'exploitation de ces matières premières est elle-même haute consommatrice en énergie. Beaucoup d'exploitants en exercice ne présentent pas en fait les conditions requises pour extraire ces matières. Le gouvernement doit aussi valider les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de l'exploitation.

Si la conclusion de ces experts de l'OMC se transforme en verdict, ceci jettera un énorme défi à la politique chinoise d'exportation de matières premières, et neutralisera les efforts du pays dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ce sera aussi nuisible à l'évolution climatique du monde, a indiqué Zhao Jinping, directeur adjoint du département de l'économie ouverte du Centre des études sur le développement du Conseil des affaires d'État.

Des analystes estiment que les pays plaignants cherchent d'une part à obtenir ces ressources bon marché de Chine, et que d'autre part ils ciblent le système chinois de gestion en quota de l'exportation des terres rares.


En tant que plus grand pays exportateur de terres rares, la Chine en assure aujourd'hui 90 % de la production et de l'approvisionnement en général, malgré le fait qu'elle n'en possède que 30 % des réserves mondiales.

Selon les règles de l'OMC, la Chine pourrait faire appel de cette décision et recevrait le verdict d'ici six mois. Si les arguments chinois sont convaincants, il sera possible de voir une révision ou l'abandon du rapport des experts.

Selon Mei Xinyu, chercheur au ministère du Commerce, il faut que la Chine fasse appel de cette décision et demande la révision du protocole de son adhésion à l'OMC pour jouir du traitement normal d'un membre à part entière au sein de l'organisation.

« Le contrôle de l'exportation est nécessaire pour lutter contre la haute consommation énergétique et la haute pollution au cours des activités de production », a indiqué Mei Xinyu. La Chine doit élever, sur les plans de la protection environnementale et de la fiscalité, le seuil d'entrée aux activités à haute consommation énergétique et fortement polluante, notamment à l'exploitation des matières premières en question. Ceci conduira probablement à une réduction de la production de ces dernières, mais le gouvernement n'aurait plus besoin d'imposer les restrictions sur leurs exportations.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Xi Jinping appelle à des communications régulières avec les partis européens
Wu Bangguo appelle à l'application complète de la Loi sur les contrats de travail
Comment résoudre le problème de la Mer de Chine Méridionale
Quotidien du Peuple : la retraite du dalaï lama ne pourra pas sauver sa clique de l'échec
A la recherche des raisons expliquant le succès du PCC