Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 10.06.2011 08h32
Conçu au Japon, mais fabriqué en Chine...
Une ligne de production Honda à Zengcheng, dans la Province du Guangdong. Les ventes de cette marque populaire ont chuté de 22% en avril, la pénurie de pièces ayant réduit la production et les livraisons.

La Chine devrait probablement connaître une nouvelle vague d'entreprises japonaises transférant leurs lignes de production dans le pays, résultat du séisme et du tsunami dévastateurs qui ont touché l'archipel en mars. Cela d'après Dai Hokozaki, Directeur général adjoint de l'Organisation Japonaise du Commerce Extérieur à Beijing.

M. Hakozaki a déclaré au China Daily que, étant donné la rapide augmentation de la consommation intérieure de la Chine, le pays devrait continuer à être la destination la plus attirante pour les investissements directs japonais à l'étranger. Qui plus est, cela jouera aussi un rôle pour favoriser la resprise économique du Japon.

Le séisme de mars dernier a porté un coup d'arrêt aux exportations de certains composants dans les industries de l'automobile, de la mécanique et de l'informatique, provoquant des pertes pour les fabricants japonais installés en Chine et pour les fournisseurs de pièces automobiles au Japon.

Le séisme aura pour conséquence que « quelques fabricants japonais délocaliseront leurs lignes de production en Chine ou augmenteront la capacité de production des usines déjà existantes dans le pays », a dit M. Hakozaki, sans donner plus de détails.

Cependant, a t-il ajouté, le nombre de délocalisations ne sera pas important, car « les investissements locaux sont plutôt importants, en particulier à une époque à laquelle le Japon entame sa reprise économique après la catastrophe ».

La Banque Mondiale a annoncé récemment que l'économie japonaise connaîtrait une croissance de 0,1% cette année.

Depuis 1995, le Japon est un très important investisseur en Chine. En 2010, il s'est classé au quatrième rang des plus gros investisseurs étrangers en Chine, après les régions de Hong Kong et Taiwan, et Singapour, avec des investissements atteignant un montant de 4,24 milliards de Dollars US, d'après le Ministère chinois du commerce.

La Chine est aussi la deuxième plus grande destination pour les investissements directs à l'étranger du Japon, après les Etats-Unis.

D'après Zhou Shijian, expert commercial émérite à l'Université Tsinghua, il y a une forte possibilité que certaines entreprises japonaises délocalisent leurs lignes de production vers la Chine pour étendre leurs chaînes industrielles, en particulier pour les composants des industries de l'automobile et des équipements mécaniques et électriques. De plus, certains secteurs comme les composants pour l'information électronique et les instruments de précision devraient aussi être relocalisés afin d'éviter la possibilité d'un arrêt de la fourniture de matériaux bruts en cas de nouvelle crise au Japon.

Auparavant, les entreprises japonaise n'amenaient ces produits technologiques en Chine que pour l'assemblage final, pour éviter le risque de révélation de secrets commerciaux.

Mais les évènements récents on montré que ce n'était plus le cas. « Le tremblement de terre et la crise nucléaire qui a suivi ont causé d'énormes problèmes au Japon, et ont même fait partir des techniciens et des entreprises étrangères. Par conséquent, à présent, pour les entreprises japonaises, maintenir leurs ventes et leur profits est leur souci majeur, plus que les transferts de technologie », a dit M. Zhou.

La Chine est depuis longtemps considérée comme une destination attirante pour les investissements japonais, mais cet intérêt a encore augmenté depuis 2008, d'après une enquête de la Banque Japonaise pour la Coopération Internationale.

Entre janvier et septembre 2010, deux secteurs on fait d'énormes investissements en Chine. Durant cette période, l'industrie automobile a contribué pour 17,2 % des investissements du Japon en Chine, tandis que le secteur des équipements mécaniques en fournissait 14,6%.

D'après M. Hakozaki, le séisme a gravement endommagé les exportations japonaises de pièces automobiles et de produits alimentaires vers la Chine.

La Chine est la plus grande destination pour les exportations japonaises.

« A court terme, ces exportations vont diminuer, mais sur une période de temps plus longue, le commerce bilatéral reprendra », a dit M. Hakozaki.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Conseil des affaires d'Etat appelle à augmenter les dépenses dans l'éducation et à un développement sain du secteur logistique
La Chine s'engage à promouvoir la coopération sino-cubaine (Xi Jinping)
Tensions en Mer de Chine méridionale : un test grandeur réelle pour la Chine
Que cherche Google, en calomniant la Chine ?
Quand l'économie de la Chine dépassera t-elle celle des Etats-Unis ?