Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 06.06.2011 09h32
Les investissements étrangers sont toujours les bienvenus en Chine (vice-président chinois)

Le fait que la Chine a adapté certaines de ses politiques économiques préférentielles supranationales et qu'elle adopte désormais le traitement sur un pied d'égalité pour les entreprises tant étrangères que chinoises, ne signifie pas qu'elle n'est pas favorable aux investissements étrangers, a indiqué vendredi le vice-président chinois Xi Jinping, actuellement en visite en Italie.

M. Xi a tenu ces propos dans son discours adressé à quelque 300 personnalités des milieux d'affaires des deux pays réunies à Milan, capitale économique de l'Italie.

La transformation accélérée du mode de développement économique de la Chine ne va pas entraîner un rejet des capitaux étrangers, et permettra en revanche d'augmenter le niveau et la qualité dans l'utilisation des investissements, a déclaré M. Xi.

Au début de la période de réforme et d'ouverture aux entreprises étrangères, dans le but de propulser sa croissance économique, la Chine a lancé des politiques fiscales préférentielles extrêmement favorables aux entreprises étrangères, notamment en exonérant de certaines taxes les investisseurs étrangers.

"La Chine poursuit une stratégie de la croissance de la demande intérieure. Cette politique offrira plus de possibilités de mise sur le marché pour les produits étrangers", a-t-il noté.

La Chine encouragera les investisseurs étrangers à placer leurs capitaux dans certains secteurs tels que l'agriculture moderne, la haute technologie et les nouvelles technologies, les modes de production avancés, notamment ceux à faible consommation énergétique et respectueux de l'environnement, les nouvelles énergies et les services modernes, a fait savoir le vice-président chinois.

De surcroît, les investisseurs étrangers seront encouragés à se tourner vers les vastes régions du centre et de l'ouest de la Chine, ou encore à s'engager dans le rachat et la réorganisation de sociétés chinoises par le biais de co-entreprises ou de fusions-acquisitions, a-t-il poursuivi.

Au cours de la décennie écoulée, les exportations et les importations chinoises ont respectivement été multipliées par 4,9 et 4,7. La Chine est devenue le deuxième importateur du monde en 2010 avec un montant de 1 400 milliards de dollars, soit 9,1% du volume total mondial.

La Chine importera davantage de technologies avancées, de pièces et composants clés, des ressources faisant défaut, et des produits à faible consommation énergétique et respectueux de l'environnement, tout en important davantage de biens de consommation "à un niveau approprié", a indiqué M. Xi.

Par ailleurs, la Chine va orienter ses entreprises compétentes à planifier des investissements à l'étranger et à coopérer avec les partenaires étrangers, ce qui contribuera à améliorer localement les infrastructures et la vie des gens, a également dit M. Xi.

La révision nationale des modalités de fusion-acquisition par des capitaux étrangers "rendra l'environnement chinois en matière d'investissements plus transparent, plus juste et plus opérationnel", a-t-il assuré.

Il s'est également engagé à renforcer la protection de la propriété intellectuelle et à protéger les intérêts juridiques des entreprises à capitaux étrangers. "La Chine va appliquer fermement la stratégie d'ouverture mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant", a-t-il dit.

M. Xi est arrivé à Milan vendredi après-midi, la deuxième étape de sa visite officielle de quatre jours en Italie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Rencontre entre les ministres chinois et sud-coréen de la Défense en marge du Dialogue Shangri-La à Singapour
Interdiction des produits alimentaires contaminés au DEHP en provenance de Taiwan dans les restaurants de la partie continentale
La Chine doit renforcer son nouveau mix énergetique
Quelles leçons la Chine peut-elle tirer du succès d'Apple ?
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange