Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 04.05.2011 13h12
Le développement des trains à grande vitesse va être ralenti

La Chine pourrait réduire ses investissements dans la construction d'infrastructures ferroviaires de plus de 200 milliards de Yuans cette année, suite à une autre décision, prise antérieurement, d'abaisser la vitesse d'exploitation de ses trains à grande vitesse, a rapporté mardi l'Economic Observer.

Ce journal de Beijing affirme que le Ministère des Chemins de Fer a organisé des réunions ces derniers jours et a invité des experts et des responsables pour discuter sur le fait de savoir s'il était encore nécessaire ou non de débuter les travaux sur des projets qui n'ont pas commencé.

Une source anonyme a été citée comme ayant dit que les discussions s'étaient achevées sur un accord, selon lequel les investissements dans la construction
d'infrastructures ferroviaires seraient réduites de 200 milliards de Yuans, alors qu'elles devaient être de 700 milliards de Yuans à l'origine.

L'article a poursuivi en disant que certains projets à grande vitesse seraient abandonnés, tout en disant que le Ministère attendait les avis des experts pour décider lesquels pourraient l'être sans mettre en péril l'efficacité du réseau.

Un responsable de la communication au Ministère des Chemins de Fer a déclaré mardi que les sommes mentionnées dans l'articles étaient « inexactes », mais n'a pas souhaité en dire davantage ni confirmer ou infirmer si les investissements totaux seraient réduits ou non cette année.

D'après le journal, le nouveau Ministre des Chemins de Fer, Sheng Guangzu, qui a remplacé l'ancien ministre Liu Zhijun le 25 février dernier, souhaitait depuis longtemps réduire les investissements dans les nouveaux projets de voies ferrées.

Dans un entretien accordé au Quotidien du Peuple le 13 avril, M. Sheng avait dit que la priorité serait donnée aux projets en cours, afin qu'ils disposent de suffisamment de fonds pour que la construction soit achevée. Il avait dit que l'accent serait mis sur les projets pour lesquels il y a une demande urgente du fait du développement économique et sur les projets qui relient des lignes pour constituer un réseau.

Il avait également déclaré lors d'un entretien précédent que la vitesse d'exploitation des trains rapides serait réduite à 300 km/h contre 350 km/h à l'origine, et que de nouveaux services ferroviaires roulant entre 200 et 250 km/h seraient offerts aux voyageurs, afin de s'assurer que les billets restent abordables.

Ces idées ont été qualifiées de « mode de développement conservateur », en comparaison avec celles de son prédécesseur, qui prônait un développement ferroviaire « par bonds » en construisant un réseau ferré à grande vitesse.

Liu Zhijun avait été démis de ses fonctions le 12 février dernier pour une supposée « violation grave de la discipline ». Sans être au courant qu'une enquête était en cours, il avait déclaré le 4 janvier lors d'une réunion que les investissements dans les infrastructures ferroviaires seraient de 700 milliards de Yuans en 2011. Il avait précisé que l'argent serait dépensé dans 70 nouveaux projets, dont 15 programmes à grande vitesse et intervilles.

Mais le Ministère était depuis longtemps sous la pression du fait de certaines critiques, disant que la construction à grande échelle d'infrastructures ferroviaires à grande vitesse conduisait le Ministère à s'endetter si fortement qu'il risquait d'être écrasé par ces dettes.

Un chercheur dans le domaine ferroviaire a déclaré mardi au China Daily qu'une partie de l'argent du Ministère avait été utilisée pour construire des voies ferrées qui n'étaient pas prévues dans le plan ferroviaire à moyen et long terme, qui avait été révisé et approuvé par le Conseil des Affaires de l'Etat, le Gouvernement chinois, en 2008.

Certains de ces projets additionnels avaient été proposés par des gouvernements locaux désireux de stimuler leur économie et bénéficiant ainsi de l'argent du Ministère, qui payait près de la moitié des coûts, a précisé le journal.

Ce chercheur, qui s'est exprimé sous couvert de l'anonymat, a dit que c'était une bonne chose de réduire la taille du programme de construction et de se concentrer sur les lignes dont on a un besoin urgent.

Pourtant, d'autres commentateurs ont manifesté leur désaccord.

Ainsi, un internaute de la ville de Suqian, dans la Province du Jiangsu, a t-il déclaré dans un message posté sur ifeng.com que ce qui avait été proposé était « comme passer d'un extrême à l'autre ».

« Un plan ferroviaire national ne devrait pas être changé ainsi parce que le ministre a été changé », a t-il dit, se demandant si le résultat ne serait pas que les billets seraient peut-être encore plus difficiles à avoir.

De même, Wang Menshu, Professeur au Centre de Recherche d'Ingénierie des Tunnels et des Souterrains à l'Université Jiaotong de Beijing, dit-il que l'échelle de la construction ne devrait pas être réduite, car « le plan ferroviaire précédent avait été établi pour répondre aux demandes du pays et du peuple ».

Il a dit que la décision sur le montant d'argent qui doit être dépensé dans la construction de voies ferrées dépend du Gouvernement Central, et non du seul Ministère.

Zhao Jian, Professeur en transports à l'Université Jiaotong de Beijing a quant à lui dit que la Chine a besoin d'une plus grande capacité ferroviaire et devrait construire davantage de lignes de transport de marchandises, plutôt que de libérer des lignes existantes pour des trains de passagers roulant à 200 km/h.







Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Tout le monde ne croit pas que Ben Laden est vraiment mort
La population chinoise a atteint 1,3397 milliard d'habitants en 2010 (recensement)
Les Etats-Unis vont créer une nouvelle situation au Moyen-Orient
Fin de la partie pour Ben Laden
Vers où l'énergie nucléaire mondiale devra-t-elle aller ?
Coopération médiatique Chine-Afrique : une force commune pour la vérité (REPORTAGE SPECIAL)
Qui la Chine menace-t-elle ?