Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 15.04.2011 10h23
Les avionneurs du monde entier ont les yeux de Chimène pour le marché chinois

Encouragés par la promesse de la Chine d'une ouverture progressive de son espace aérien à basse altitude, les fabricants d'avions ont commencé à tourner leurs yeux vers le marché de l'aviation générale en Chine, qui devrait voir sa taille multipliée par dix dans les cinq ans qui viennent.

Quelque cent entreprises, dont des fabricants d'avions, des fournisseurs de services au sol, des exploitants de maintenance et des fournisseurs de formations ont ainsi participé mercredi au Shanghai International Business Aviation Show. Les fabricants y ont exposé près de 30 avions sur les 44 000 mètres carrés que comptait l'espace d'exposition.

L'évènement a suscité un grand intérêt, inspiré par le communiqué conjoint du Conseil des Affaires de l'Etat et de la Commission Militaire Centrale de novembre dernier, selon lequel l'espace aérien à basse altitude de la Chine serait ouvert progressivement, ce qui veut dire un marché potentiel énorme.

A la fin de 2009, la Chine comptait au total 997 avions dans le secteur de l'aviation générale, et ce chiffre devrait dépasser les 10 000 d'ici 2012, d'après un article de People.com.

Steve Taylor, Président de Boeing Business Jets, a dit au China Daily que l'Asie est devenue un des marchés de l'aviation d'affaires ayant une des plus fortes croissances au monde, et que la Chine dominera l'Asie dans ce secteur grâce à sa solide croissance économique.

Deuxième plus gros constructeur d'avions commerciaux du monde, Boeing Co a vendu huit avions d'affaires en Chine ces dernières années, et va en livrer trois autres en 2011.

« Nous espérons décrocher 50% du marché chinois des gros avions d'affaires (18 places ou plus) dans l'avenir », a dit Li Bing, Directeur des ventes de Boeing Business Jets Greater China. Il a ajouté que la compétition se joue essentiellement entre Boeing et Airbus SAS.

Plus gros fabricant d'avions du monde en termes de commandes reçues et livrées en 2010, Airbus a vendu plus de vingt appareils de ce type en Chine ces cinq dernières années. A l'heure actuelle, les revenus des affaires d'Airbus en Chine représentent 25% des ventes totales d'avions professionnels de la société dans le monde.

Entre 2011 et 2015, Airbus espère vendre cinq nouveaux avions d'affaires par an, a dit l'entreprise européenne.

Quant au troisième plus gros fabricant d'avions de monde, le Canadien Bombardier Inc, il a construit sa présence en Chine depuis plus de cinquante ans.

La société québequoise détient 27% des parts de marché de l'aviation d'affaires en Chine, et plus de cinquante avions d'affaires Bombardier sont exploités dans le pays.

Bombardier construit et distribue onze modèles d'avions d'affaires à hautes performances sous trois marques, Global, Challenger et Learjet.

« Nous avons un très gros carnet de commandes en Chine, et c'est un marché important pour nous », a dit Bob Horner, Vice-président adjoint des ventes de Bombardier Business Aircraft. « Notre objectif est clair, accroitre cette part de marché (de 27%) au fil des années », a t-il ajouté.

D'après les prévisions de Bombardier, il y aura des commandes supplémentaires de 600 avions d'affaires lors des dix prochaines années en Chine.

Plus de 10 000 avions d'affaires ont opéré sur les aéroports du pays en 2010, dont 3 500 rien que pour Shanghai.

« Les opérations des avions d'affaires à Shanghai vont augmenter régulièrement à un taux annuel situé entre 10 et 15% », a dit Wang Guangdi, Président de Shanghai Hawker Pacific Business Aviation Service Center, une coentreprise établie entre les Autorités Aéroportuaires de Shanghai et la société australienne Hawker Pacific.

Le centre, ouvert en mars 2010, est le premier de son genre sur le Continent chinois.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers