Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 14.04.2011 09h54
L'avion ou le train à grande vitesse ? Un choix difficile dans l'ère du TGV en Chine

Avec la généralisation des trains à grande vitesse en Chine, la supériorité des avions s'est largement réduit, car de plus en plus de leurs anciens passagers choississent les trains à grande vitesse.

Récemment, les 4 compagnies aériennes chinoises cotées en 2010 (Air China, China Southern Airlines, China Eastern Airlines et Hainan Airlines) ont affiché de bons résultats – en 2010, les bénéfices nets totaux se sont élevés à 26,4 milliards de yuans, soit 3 fois de plus par rapport à l'année précédente. Cependant, leurs soucis se montrent quand même face à la construction rapide des trains à grande vitesse en Chine.

Les 4 compagnies aériennes ont respectivement inclus la construction continue des TGV parmi les facteurs négatifs pour leur développement de l'année 2011.

En effet, ce type de crainte et la crise latente deviennent graduellement la réalité. Après l'inauguration de la ligne à grande vitesse Wuhan-Guangzhou, 60%-70% des vols courts de moins de 600 km ont été arrêtés à l'aéroport de Tianhe à Wuhan, alors que les vols d'environ 800 km desservant Guangzhou et Shanghai ont perdu pas mal de passagers, selon les statistiques de l'aéroport.

Selon les statistiques, le secteur de l'aviation de Wuhan est celui qui a été le plus touché par les trains à grande vitesse.

L'avion ou le train à grande vitesse ? Le temps, les dépenses et la commodité sont les trois facteurs principaux des passagers lorsqu'ils font des choix.

En réalité, même avant l'inauguration des chemins de fer à grande vitesse Beijing et Shanghai, les soucis de l'aviation civile en la matière étaient déjà très présents. Selon les estimations de certains experts du milieu, l'inauguration de la ligne à grande vitesse Beijing-Shanghai réduira de 30%-70% des volumes de transport du marché aérien le long de cette ligne. Certains vols le long de la ligne risqueraient de s'arrêter.

Selon la compagnie CICC (China International Capital Corporation Limited), l'influence du développement des TGV en Chine sur l'aviation civile monterait graduellement pendant la seconde moitié de l'année. Selon la compagnie, l'inauguration de la ligne à grande vitesse Beijing-Shanghai dans la seconde moitié de l'année sera un choc direct pour Air China et China Eastern Airlines. « Les lignes aériennes de ces deux compagnies se concentrent dans la région centrale et est. Le nombre de passagers et le niveau de prix des lignes importantes, comme celle qui relie Beijing à Shanghai, seront sans doute touchés, ce qui affectera directement les bénéfices des compagnies sur le marché chinois. »

Cependant, certains experts remarquent que les soucis démesurés ne sont pas justifiés. En tenant compte des statistiques, le comptoir de Ctrip.com a indiqué que certaines lignes populaires, comme celle entre Beijing et Shanghai, peuvent en réalité proposer divers moyens de transport, et le secteur ferroviaire et l'aviation civile ont déjà formé leurs propres clientèles, ce qui aide à réduire les influences mutuelles.

Il faudrait attacher de l'importance au choc apporté par les trains à grande vitesse, mais les soucis exagérés ne sont pas justifiés, a remarqué Zhang Wu'an, porte-parole de Spring Airlines Co,.LTD, au journaliste de « International Finance News ». « Les trains à grande vitesse et l'aviation ont tous un marché suffisant. Le sujet sur l'impact du TGV sur l'aviation mené spécialement par notre société montre que les vols d'environ 1 000 km qui prennent moins d'une heure et demie seront le plus influencés par le TGV. Pourtant, même pour ce type de trajet, l'avion et le train donnent des expériences différentes aux passagers, et la diversité de demande existe toujours. »


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers