Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 24.02.2011 13h58
Chine: BAIC achète des parts dans une usine de transmissions automobile suédoise

La Beijing Automotive Industry Holding Co. (BAIC) de Chine a annoncé mercredi avoir acheté l'ensemble des équipements et technologies d'une usine de transmissions automobile suédoise pour 31 millions d'euro (soit 42,5 millions de dollars).

Ma Tongli, le manager général adjoint de la BAIC, a déclaré que ces achats à la WEIGL Transmission Plant AB (WTP) étaient profitables attendu que ces équipements et technologies permettaient de construire une ligne de production qui aurait normalement coûté 680 millions de yuans (soit 103 millions de dollars).

De plus, la BAIC a acquis des technologies dans la production de transmissions et le contrôle qualité ainsi qu'un support managérial et de formation suite à l'accord. Pour Ma, ce sont autant d'atouts de "grande importance" pour l'entreprise.

Cet accord fait suite à l'acquisition il y a un an par la BAIC de certains droits de la propriété intellectuelle de Saab, l'unité suédoise de General Motors.

L'entreprise d'Etat BAIC -le cinquième constructeur automobile de Chine- a acquis les technologies des voitures 9-3 et 9-5 de Saab, des moteurs à turbine et des boîtes de vitesses pour 140 millions d'euros en décembre 2009.

Ma a déclaré que la BAIC avait pour objectif d'acquérir ces technologies et de se doter de ses propres capacités dans le design, le développement et la production de boîtes de vitesses de pointe au cours des 5 prochaines années.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
La Chine va renforcer la prévention des maladies infectieuses durant le printemps et l'été
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence