Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 21.02.2011 17h16
Les entreprises publiques ont réalisé un profit de 2 000 milliards de yuans en 2010, dont 4,4 milliards remis à la trésorerie nationale

Selon les dernières statistiques du ministère des Finances, les entreprises publiques ont réalisé en 2010 un bénéfice incroyable de 1 987,06 milliards de yuans, soit une croissance de 37,9 % en glissement annuel. Les entreprises des secteurs de l'industrie pétrochimique, de l'électricité, des métaux non-ferreux, et de la communication ont effectivement doublé leurs bénéfices.

Le Conseil des affaires d'État a décidé d'élever le taux d'imposition des entreprises publiques à partir de l'année 2011, et d'élargir la couverture des entreprises concernées.

« Avant 2010, les entreprises publiques n'avaient à remettre que 5 à 10 % de leurs profits à la trésorerie nationale, une part à la fois trop faible et injuste par rapport à la taille des ressources publiques à leur disposition et des profits dégagés », a indiqué Jia Kang, directeur de l'institut de fiscalité du ministère des Finances.

Selon les données, le revenu national issu de la contribution des entreprises publiques s'est élevé à 54,78 milliards de yuans en 2008, à 87,36 milliards de yuans en 2009 et à 44 milliards de yuans en 2010, tandis que les profits généraux réalisés en 2010 ont atteint 2 000 milliards de yuans.

Les entreprises publiques financières ne figuraient pas sur la liste des contribuables. « La compétitivité des entreprises publiques financières est devenue forte. L'exemption de contribution va encore creuser l'inégalité entre les différents acteurs du marché. Par ailleurs, nombre d'anciens organes de presse et d'édition se sont transformés en entreprises publiques qui sont intervenues dans le secteur des médias et de la culture, et qui seront également classées parmi les contribuables », a expliqué M. Jia.

Selon le calcul de Wen Zongyu, directeur du Bureau des études sur l'économie nationale à l'Institut de fiscalité du ministère des Finances, le revenu de la trésorerie nationale passera de 38 à 50 milliards de yuans après l'élévation du taux de contribution, soit quasiment le double.

La BDA (Banque du développement asiatique) a suggéré dans son dernier rapport sur le développement de l'Asie en 2010 que la Chine devrait consacrer davantage de ses profits publics aux dépenses sociales. Selon les statistiques de la banque, les dépenses publiques de la Chine dans les secteurs comme l'éducation, la santé et la sécurité sociale représentaient seulement 6 % du PIB. Un taux trop faible en comparaison avec les 28 % que dépensent les pays développés.

« Il convient d'augmenter la part des dépenses sociales dans le budget publique », a indiqué M. Wen. Il faut affecter une plus grande part des profits issus des entreprises publiques à l'amélioration des conditions de vie de la population, notamment en matière de sécurité sociale, de santé et de soins médicaux, d'éducation, d'emploi, etc. « Il convient de réduire la fourchette entre le budget et les dépenses réelles du fonds de sécurité sociale, de renforcer la surveillance et le contrôle entre les différentes autorités pour se protéger des risques publics, et de mettre en valeur le budget public comme un moyen de régulation macroéconomique. »

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Ajustage et essai du secteur de Shanghai de la ligne ferroviaire Beijing-Shanghai pour trains à grande vitesse
Chine : pas de protéine de cuir dans le lait (ministère)
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi