Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 12.02.2011 09h04
CLSA : les Chinois achèteront 44 % des produits de luxe du monde en 2020

Les consommateurs chinois achèteront 44 % des produits de luxe du monde en 2020, contre 15 % en 2010, selon un rapport réalisé par la banque d'investissement CLSA Asia-Pacific à Hong Kong. Le document ajoute que les détaillants de Hong Kong et de la partie continentale de Chine vont particulièrement bénéficier de cette augmentation.

Ce rapport, intitulé Dipped in Gold (Trempé dans l'Or), estime qu'avec la croissance des revenus individuels, des aspirations sociales et du choix de produits, le secteur du luxe est voué à connaître des années d'essor dans le pays.

Cette dynamique s'illustre par un taux de croissance annuel du secteur de 23 % au cours de la dernière décennie.

Pour l'instant, le Japon est en tête des dépenses de luxe en Asie, mais il devrait être dépassé par la Chine en 2014. Les ventes de produits de luxe en Chine devraient alors atteindre 22 milliards d'euros, contre 1 milliard au Japon, estime le rapport.

« La consommation de produits de luxe en Chine ne date pas d'hier, mais nos observations montrent que le rythme de croissance s'accélère », explique Aaron Fischer, auteur de recherches sur la consommation et sur les Jeux asiatiques pour CLSA.

La demande croissante des Chinois apporte bien sûr des opportunités d'investissement. Cinq domaines sont particulièrement prisés : haute couture, montres et joaillerie, grands magasins et boutiques de mode, cosmétiques, et chaussures haut de gamme.

« En général, nous préférons les propriétaires de marques aux détaillants, car les premiers présentent un meilleur gain à long terme. Il est difficile d'établir de nouvelles marques de luxe compte tenu de l'héritage de la marque et de son positionnement », analyse le rapport.

Trinity Limited, un détaillant de vêtements masculins haut de gamme coté à la Bourse de Hong Kong, est l'un des meilleurs exemples à suivre, écrit le rapport. Trinity possède Kent & Curwen, la marque Cerruti et les licences d'autres grandes marques telles que Gieves & Hawkes et D'Urban. La majorité du chiffre d'affaires de la société est réalisée dans la partie continentale de Chine et à Hong Kong.

L'Occitane, fabricant français de produits de beauté qui a fait son entrée à la Bourse de Hong Kong l'année dernière, a déjà connu une augmentation de 40 % de sa valeur boursière depuis son introduction. L'Asie représente 45 % de ses ventes et la Chine 17 %. Selon les analystes de CLSA, l'ouverture de nouveaux magasins est le moteur de sa croissance à moyen terme, avec un potentiel d'augmentation boursière de 26 %.

Cependant, sur le marché boursier local, les cours des actions de certaines marques ont connu plusieurs chutes ces derniers mois après de fortes hausses en 2009. Le sous-index des marchandises de consommation de l'index Hang Seng a baissé de 8 % depuis novembre 2010.

M. Fischer est « surpris » par cette baisse. Toutefois, il est convaincu que la correction actuelle n'est que temporaire, parce que les ventes dans la partie continentale et à Hong Kong sont restées robustes en décembre. « Puisque la saison du rapport de ce gain est imminente, les grandes sociétés de titres ont successivement revu à la hausse leurs perspectives de croissance ».

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine prolonge l'arrêt des droits d'exploitation du charbon pour prévenir la sur-exploitation
Chine : lancement de sites internet de dénonciation pour supprimer la corruption dans le système judiciaire
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi
Le développement pacifique, le meilleur choix pour la Chine et le monde
L'«image de la Chine » fait l'objet de discussions lors du Forum de Davos
Les 10 raisons pour lesquelles les Etats-Unis diabolisent la Chine
Quand la « Mère Patrie » en vient à friser l'incident diplomatique...