Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 18.01.2011 08h40
Les fournisseurs chinois de Carrefour se plaignent de charges accablantes

Tandis que la dispute entre Carrefour et KSF (Kangshifu) n'est toujours pas résolue, un autre fournisseur chinois de la chaîne s'est plaint publiquement des charges imposées. Il s'agit de la marque d'huile de cuisine Fulinmen, qui appartient au groupe COFCO (China Oil & Food Corporation).

« Certains responsables de Carrefour sont corrompus », a déclaré M. Sun Chenliang, directeur adjoint des ventes de COFCO, qui a également travaillé plusieurs années pour Carrefour. « La négociation entre les deux entreprises n'est pas terminée, elle devient de plus en plus pénible pour le cycle de 2011 ».

Le 10 janvier, après un mois de négociations, M. Sun s'est mis d'accord avec le responsable de Carrefour à Beijing sur tous les détails de leur coopération pour l'année. « Je n'aime pas le décrire comme un ennemi, mais au cours de la négociation difficile, l'attitude du représentant de Carrefour m'a profondément désorienté. Les rabais, les frais d'entrée, la position sur l'étalage, tous les détails ont demandé plusieurs rounds. Nous avons parfois dû débattre pendant trois journées de sept heures ».

« Malgré les difficultés, nous avons voulu poursuivre notre dialogue. Le partenariat avec Carrefour à Beijing nous est bénéfique, et Carrefour a également besoin de nos grandes marques pour ses affaires, surtout les produits de la vie quotidienne », a-t-il expliqué.

Le contrat est signé, mais M. Sun et ses collègues s'inquiètent de son exécution avec les dix-huit centres urbains d'achat. « Si l'on ne donne pas plus d'argent à leurs directeurs, ils ne prépareront pas de stocks suffisants pour les clients, surtout pendant la fête du Printemps », a déclaré un vendeur anonyme.

Selon M. Sun, c'est un phénomène universel dans ce domaine. Avant, le critère pour un directeur de département était de quelques milliers de yuans, mais maintenant, cela s'élève à 20 000 yuans. En 2006, huit personnes employées dans les centres urbains d'achat de Carrefour ont été arrêtées pour corruption.

Ces dernières années, le groupe Carrefour a quitté successivement les marchés coréen et britannique. En 2009, il a quitté la Russie après seulement une année. En mars 2010, il s'est retiré du marché japonais où il se trouvait depuis dix ans. En avril, il a vendu 524 magasins au Portugal.

En 2010, Carrefour a fermé deux grands supermarchés à Dalian et à Xi'an. Le groupe possède aujourd'hui 182 magasins dans le pays, mais ses profits nets et son chiffre d'affaires restent bien inférieurs à ceux de Wal-Mart. Le prochain magasin fermé sera celui de Foshan, une ville méridionale chinoise.

Y a-t-il une crise de son modèle commercial ? Le distributeur est roi dans le commerce de détail. Les frais d'entrée pour les fournisseurs ne cessent de monter. À Carrefour, ce taux est de 50 %. En 2006, en Corée du Sud, Carrefour a payé 1,46 million de dollars d'amende à ses fournisseurs locaux, et en 2007, il s'est retiré du pays.

Le contrat général pour 2011 entre Fulinmen et Carrefour sera signé en juin prochain. Chacun teste les limites de l'autre pour maximiser son profit.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
1,5 million de Chinois participent à l'Examen national d'entrée de 3eme cycle
Chine : suspension de la production d'une usine sidérurgique à Beijing
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes