Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 31.12.2010 08h45
Quinze agences étrangères supplémentaires autorisées à publier des informations financières en Chine

La Chine a approuvé en 2010 les candidatures de 15 agences étrangères supplémentaires qu'elle a autorisées à publier des informations financières en Chine. Ce qui porte le nombre total de ces agences à 25, a annoncé jeudi le Bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'Etat.

Wang Chen, le directeur du bureau, a déclaré lors d'une conférence de presse que les fournisseurs principaux d'information du monde, dont Thomson Reuters, Bloomberg et Dow Jones ont proposé un travail sur les services financiers en Chine de qualité.

La Chine a géré avec succès la publication d'informations financières par des organisations étrangères, qui sont les corollaires d'un développement sain et ordonné du secteur des services d'information financière en Chine.

Selon un règlement entré en vigueur le 1er juin 2009, le bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'Etat est l'administrateur autorisé des fournisseurs étrangers d'informations financières.

M. Wang a souligné que son bureau allait améliorer ses procédures de validation pour fournir de meilleurs services aux organisations étrangères.

Le bureau utilisera également des moyens scientifiques et technologiques afin de rendre sa gestion plus efficace et de sauvegarder à la fois les intérêts des fournisseurs étrangers et la sécurité de l'information du pays, a-t-il ajouté.

Le bureau espère renforcer les échanges et la communication avec les fournisseurs étrangers d'informations financières, a-t-il fait savoir.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un haut fonctionnaire du PCC rencontre le premier chauffeur de train à grande vitesse de Chine
Un vice-Premier ministre chinois souligne le rôle des finances dans le contrôle macro-économique
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher