Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 29.12.2010 09h04
La Chine va lever la mesure fiscale favorable aux véhicules de petite cylindré en 2011

La Chine va rétablir une taxe à l'achat de 10% visant les véhicules d'une cylindrée de 1,6 litre ou moins à partir de 2011, suite à la sortie du pays de la crise financière et à la reprise de l'économie, a déclaré mardi le ministère des Finances.

En 2009, le pays a réduit la taxe à l'achat de véhicules avec une cylindrée de 1,6 litre ou moins de 10% à 5% afin de lutter contre la crise financière et de stimuler l'utilisation des véhicules propres et économes en énergie.

Cette taxe est passée à 7,5% le 1er janvier 2010.

"La Chine a lancé cette politique fiscale incitative en 2009 pour stimuler sa consommation intérieure sur fond de crise financière. Cette mesure doit être ajustée maintenant, car le pays est sorti de la crise," a expliqué Liu Shangxi, un fonctionnaire du ministère.

Grâce à des mesures favorables, le marché automobile chinois s'est développé rapidement ces deux dernières années.

L'année dernière, la Chine a dépassé les Etats-Unis pour devenir le plus grand marché automobile au monde, et 13,65 millions de véhicules ont été vendus (+46%), et 13,79 millions de véhicules ont été produits (+48%).

Les ventes d'automobiles pour 2010 devraient vraisemblablement atteindre 18 millions d'unités, avec, entre janvier et novembre 2010, 16,4 millions d'unités vendues, selon les données de l'Association des constructeurs automobiles de Chine.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les bénéfices des grandes entreprises industrielles en hausse de 49,4% pour les onze premiers mois
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher