Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 24.12.2010 08h23
Livre blanc : Le FOCAC comme moteur des relations sino-africaines

La Chine et l'Afrique vont continuer à renforcer leur coopération économique et commerciale dans la cadre du Forum de Coopération Chine-Afrique (FOCAC), a déclaré un Livre blanc sur la coopération économique et commerciale sino-africaine, publié jeudi par le Bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'Etat (gouvernement chinois).

Fondé en 2000 par la Chine et l'Afrique, le FOCAC a permis de mettre en place des mécanismes de dialogue et de coopération, à divers niveaux, tels que des Conférences ministérielles, des réunions de hauts fonctionnaires et des Conférences d'entrepreneurs.

A ce jour, quatre Conférences ministérielles et un Sommet se sont tenus dans ce cadre.

Lors de la 4e Conférence ministérielle du FOCAC tenue en 2009, la Chine a annoncé un nouveau plan en huit points couvrant l'agriculture, la protection de l'environnement, la promotion des investissements, la réduction et l'annulation des dettes, un accès plus large au marché, à l'éducation, aux soins médicaux et à la santé publique.

Ces huit engagements, ont pour objectif d'améliorer les conditions de vie des peuples africains et d'aider les pays africains à résoudre leurs actuels problèmes pratiques, afin de réaliser un développement durable.

Lors du Sommet de Beijing et de la troisième Conférence du FOCAC en 2006, la Chine a annoncé un plan en huit étapes pour renforcer la coopération pratique entre la Chine et l'Afrique et aider au développement africain.

Ce plan proposé en 2006 incluait une assistance renforcée, des prêts à tarifs préférentiels, une aide à l'Union africaine (UA) pour construire un centre de Congrès, une augmentation du nombre des exportations de produits africains vers la Chine éligibles au traitement de tarif zéro, la création du Fonds de développement Chine-Afrique, la mise en place de zones de coopération économique et commerciale dans les pays africains, de centres de démonstration en technologie agricole, et de centres de traitement et de prévention du paludisme. Ces huit engagements ont été mis en place à la fin de l'année 2009 grâce aux efforts conjoints de la Chine et de l'Afrique.

Lors de la deuxième Conférence ministérielle en 2003, la Chine avait appelé à augmenter l'aide en Afrique, à développer la coopération dans le domaine des ressources humaines, et elle a accordé un traitement de tarif zéro à certains produits exportés par les pays les moins développés d'Afrique ayant des liens diplomatiques avec la Chine.

A la première Conférence ministérielle du FOCAC, la Chine avait annoncé qu'elle réduirait ou annulerait les dettes des pays africains envers la Chine, et avait encouragé les entreprises chinoises à investir et à former des professionnels en Afrique.

Les engagements chinois, proposés à travers le FOCAC, s'adressent à tous les pays africains ayant des relations diplomatiques avec la Chine, et fournit des bénéfices pratiques à ces pays et à leurs peuples.

Le Livre blanc de 29 pages est le premier du genre en Chine sur la coopération économique et commerciale sino-africaine.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine rejette les critiques du Vatican sur ses affaires religieuses
Chine : hausse des prix de l'essence et du diesel
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher