Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 15.12.2010 10h31
Mengniu envisage d'acheter le géant français Yoplait

Mengniu, géant chinois des produits laitiers pense à acquérir des parts de Yoplait, le N.2 mondial des produits laitiers ultra-frais, en coopérant avec Kohlberg Kravis Roberts & Co, pour entrer en concurrence avec un grand nombre d'entreprises qui s'intéressent également à Yoplait, notamment le français Lactalis, l'américain General Mills, le suisse Nestlé et le mexicain Grupo Lala, a-t-on appris le 14 décembre.

Fondée en 1964, la société française Yoplait est le deuxième producteur mondial de produits laitiers ultra-frais et possède 9 % du marché mondial. Les propriétaires de Yoplait, le fonds d'investissement français PAI et la coopérative laitière Sodiaal, détiennent chacun 50 % des parts de l'entreprise, a précisé le 21st Century Business Herald.

Lactalis avait fait une offre de 1,3 milliard d'euros à Yoplait, soit dix fois les bénéfices d'exploitation de la société. Pourtant, la proposition a été rejetée le mois dernier, a annoncé Bloomberg.

Il faudra donc que Mengniu fasse une offre supérieure à 1,3 milliard d'euros (13 milliards de yuans) pour acquérir 50 % des parts de Yoplait, ce qui représente environ une moitié des revenus de l'année dernière de la société chinoise, qui étaient de 25,7 milliards de yuans. (Jin Jing)

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : l'APN va continuer ses discussions sur un amendement au Code pénal
Editorial du «Quotidien du peuple»: inauguration du 12e plan quinquennal
Le football, symbole du combat de l'Afrique pour sa reconnaissance dans le monde (REPORTAGE)
Pourquoi y a-t-il moins d'embouteillages à Paris qu'à Beijing ?
« La plupart des Nations » s'opposent à la remise du Prix de la Paix à Liu Xiaobo
La plupart des membres de la communauté internationale ne soutiennent pas la décision erronée du jury du prix Nobel de paix
La France mène une diplomatie des « commandes » et les nouveaux pays émergents en sont la cible