Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 24.11.2010 16h55
Le prix du logement contrarie les rêves de grandes villes des étudiants

80 % environ des étudiants de la province du Zhejiang, dans l'est de la Chine, ont déclaré dans un sondage qu'ils abandonnaient l'espoir de travailler à Beijing, Shanghai et Guangzhou – des villes chinoises de premier plan où nombre de personnes rêvent de s'installer – en raison des coûts très élevés.

Des étudiants participent à une foire à l'emploi dans la province du Jiangsu. Le 21 novembre 2010. Photo : Yangtse Evening Post

Le Yangste Evening Post a mené ce sondage auprès de 50 étudiants participant à la foire à l'emploi organisée pour eux dimanche dans le Jiangsu. L'enquête montre que les étudiants adoptent une attitude plus réaliste dans leur recherche d'un emploi, en dépit de l'amélioration du marché du travail.

La foire a attiré plus de 10 000 étudiants pour 7 382 offres d'emploi.

« Le prix d'achat d'un logement à Beijing est inimaginable », explique Wang Jian, un étudiant à l'Université normale de Nanjing. Il avoue avoir envisagé de chercher un travail à Beijing, Shanghai ou Guangzhou, mais préfère être « réaliste » vu l'énorme pression financière.

Les gens peuvent vivre confortablement à Nanjing avec un salaire mensuel compris entre 3 000 et 4 000 yuans, mais à Shanghai, 5 000 yuans par mois sont tout juste suffisants pour survivre et ne vous permettront jamais d'acheter un logement, précise Wang.

Un étudiant à l'Université des sciences et technologies de Nanjing explique avoir refusé l'offre d'une compagnie à Shanghai pour un salaire de 7 000 yuans, car « le coût de la vie y est très élevé. »

Un étudiant de l'Université de Nanjing préférant rester anonyme explique qu'il ira dans les grandes villes uniquement si le salaire est conséquent. « Je n'irais à Beijing que si je peux gagner 200 000 yuans par an », indique-t-il.

« Beijing, Shanghai et Guangzhou possédaient autrefois des avantages que les autres villes n'avaient pas, mais le prix du logement et le coût de la vie étouffent les jeunes travailleurs », déclare Ren Leiming, un employé du centre d'emplois des universités du Jiangsu.

« Les villes de premier ordre possèdent de nombreuses personnes de talent, et il est donc difficile d'y briller, tandis que si vous travaillez dans les villes plus petites, il est plus aisé de s'élever au-dessus du lot », assure Ren.


Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
Qu'est-ce qui se cache derrière le "sacre" de Liu Xiaobo ? (COMMENTAIRE)
La façon bien peu élégante de la Norvège de traiter la Chine
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?