100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 08.11.2010 17h11
La Chine rejette les propositions faites sur les excédents commerciaux

Vendredi, la Chine a repoussé une proposition américaine visant à réduire le fossé des balances des comptes, disant que ce « n'était pas un sujet approprié » pour le prochain sommet du G20 à Séoul, et avertissant au contraire des risques posés par la politique monétaire laxiste des Etats-Unis.

« Nous espérons voir des balances des comptes plus équilibrées, mais isoler ce sujet et lui porter trop d'attention pourrait ne pas constituer une bonne approche », a dit Cui Tiankai, Vice Ministre des Affaires Etrangères, à des journalistes rassemblés pour un point de presse à Beijing.

M. Cui faisait référence à une proposition faite en octobre par le Secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner ayant pour but de limiter les excédents et déficits de la balance des comptes –un instrument d'évaluation du commerce extérieur d'un pays- à 4% du PIB.

Cette idée de fixer des objectifs chiffrés ne ferait que nous souvenir de « l'économie planifiée » a dit M. Cui. Il a également rejeté toute tentative de quelqu'autre pays que ce soit de fixer une fourchette spécifique pour la réévaluation du Yuan.

Les leaders des plus grandes économies du monde vont se rassembler à Séoul pour le Sommet du G20 entre le 11 et le 12 novembre, avec des discussions qui porteront sur le rééquilibrage de l'économie mondiale et le soulagement des tensions monétaires figurant au sommet de l'agenda.

« La Chine va probablement réduire son excédent commercial à moins de 3% de son PIB dans les trois années qui viennent, contre près de 10% avant la crise », a dit Li Daokui, membre universitaire du Comité de Politique Monétaire de la Banque Populaire de Chine.

M. Cui a également fait part de ses craintes d'une nouvelle dose d'assouplissement quantitatif de la part des Etats-Unis, disant que cela injecterait trop de liquidités sur les marchés internationaux. Mercredi dernier, la Réserve Fédérale américaine a annoncé qu'elle envisageait d'acheter 600 milliards en bons du gouvernement dans l'espoir de stimuler une économie en difficulté.

De son côté, Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la Banque Centrale, a déclaré vendredi qu'il avait confiance dans les capacités du pays à gérer les risques liés aux influx de capitaux posés par les politiques d'assouplissement quantitatif des Etats-Unis.

« S'agissant de son influence sur la Chine, notre système de change international contient encore des mécanismes de gestion des influx de capitaux. Nous disposons de mesures solides permettant d'éviter les influx anormaux, qui ne peuvent entrer, ou doivent passer dans un sas », a dit M. Zhou.

Il a précisé que le pays limiterait probablement les risques de ce genre d'influx en contrôlant la quantité brute –confiner l'argent dans une réserve pour éviter que ses effets ne se répandent à l'extérieur et touchent la totalité des liquidités domestiques. « Quand le capital commence à se vider, nous le laissons tout simplement filer ».

D'après M. Zhou, on ne peut de toute façon pas éviter les capitaux spéculatifs, et pour la Chine, le plus important est de maintenir son équilibre macroéconomique. « Nous devons garder un oeil sur les influx de capitaux, mais nous devons aussi garder en mémoire qu'il est impossible de fermer la porte complètement ».

Quoi qu'il en soit, pour la Chine, avec une inflation des prix à la consommation de 3,6% en septembre et une bourse qui a rebondi de 30% par rapport à son plancher de juillet, maintenir l'inflation sous contrôle et juguler les risques de bulles financières est devenu un souci immédiat pour le Gouvernement.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Bonjour.Les Etats=Unis sont curieux: ils sont libéraux quand ils peuvent faire ce qui leur...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Guangzhou envisage d'annuler son service de transport gratuit face à l'affluence de nombreux voyageurs pour les Jeux asiatiques
Entretien entre les présidents chinois et portugais
La Chine et la réalité : choses vues et entendues par un journaliste chinois en Europe
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI
Le partenariat stratégique global sino-français entre dans une nouvelle phase (PAPIER GENERAL)
Les liens sino-européens ont besoin d'esprits ouverts
L'exploitation des terres rares coûte cher à la Chine