100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 19.10.2010 16h34
La Chine va réduire ses quotas d'exportation de terres rares
Des techniciens au travail dans une unité de production de l'Inner Mongolia Baotou Steel Rare-Earth Hi-Tech Co à Baotou, dans la Région Autonome de Mongolie Intérieure. Des responsables chinois ont annoncé que les réserves en terres rares du pays ne dureront encore que de 15 à 20 ans.

La Chine va encore réduire ses quotas d'exportation de terres rares de 30% au plus l'année prochaine pour protéger ces métaux précieux de la sur-exploitation, vient de déclarer un fonctionnaire du Ministère du Commerce.

Il a ajouté que le pays faisait désormais face à la possibilité que ses réserves de terres rares moyennes et lourdes ne soient épuisées d'ici 15 ou 20 ans si le rythme actuel de production est maintenu.
Les quotas d'exportation continueront donc à être réduits lors du premier semestre de l'année prochaine, a dit la source qui a refusé de décliner son identité.

La Chine, qui produit 95% des approvisionnements mondiaux, a réduit ses niveaux de production de 2010 et tranché dans ses quotas d'exportation à hauteur de 72% pour la seconde moitié de l'année, à 7 976 tonnes, d'après des chiffres en provenance du Ministère.

Les terres rares, composées de 17 éléments, sont utilisées dans un certain nombre de procédés de haute technologie, allant des turbines éoliennes aux voitures hybrides et aux missiles.

Les dépôts présents en Chine ont chuté à 27 millions de tonnes à la fin de 2009 -c'est 30% du total des réserves connues du monde- contre 43 millions en 1996, a dit Chao Ning, Chef de section pour le commerce avec l'étranger au Ministère, lors d'une conférence à Beijing.

D'après lui, les réserves de terres rares moyennes et lourdes pourraient ne durer que de 15 à 20 ans au rythme actuel d'exploitation, ce qui pourrait contraindre la Chine à importer ses fournitures en la matière dans l'avenir.

Les terres rares moyennes et lourdes, connues aussi sous le nom de terres rares de type à ions absorbés, sont de plus grande valeur que les variétés légères. Elles sont utilisées dans des secteurs de pointe comme les missiles.

Les réserves vérifiées de la Chine en terres rares de type à ions absorbés s'établissaient à 8 millions de tonnes en 2008, tandis que les réserves de terres légères s'établissaient de 50 à 60 millions de tonnes, d'après des chiffres du Ministère des Terres et des Ressources.

« La Chine n'est pas le seul pays où l'on rencontre ces dépôts, mais elle a dominé le marché mondial de fourniture depuis plus de dix ans, ce qui fait qu'elle épuise ses propres ressources », a dit M. Chao.

Il a ajouté que pour des considérations stratégiques, environnementales et économiques, le pays ne va plus pouvoir se permettre de supporter seul la charge d'approvisionner le monde entier.

Certains pays, comme les Etats-Unis, qui à eux seuls détiennent 15% des réserves mondiales, dépendent presque entièrement des exportations chinoises. Ils ont depuis longtemps cessé toute production locale parce que l'importation est plus rentable.

Les prix en Chine ont augmenté progressivement de plus de 20% depuis 1979, pour atteindre une moyenne de 8 500 Dollars US la tonne en 2009.

Les prix ont commencé à monter au milieu de cette année, quand le Gouvernement a commencé à réformer l'industrie en menant une campagne de répression contre les pratiques d'exploitation illégales et en réduisant les exportations.

Certains des oxydes de terres rares les plus importants, comme le neodymium, ont atteint les 24 600 Yuans la tonne à la fin de septembre, soit une hausse de 80% par rapport à janvier dernier.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Xi Jinping nommé vice-président de la Commission militaire centrale
Un test d'évaluation de la culture américaine (USCAT) va être introduit en Chine
Les Etats-Unis reculent dans leur dispute monétaire avec la Chine
Le prix Nobel de la paix induit en erreur
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »