100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 20.07.2010 15h54
Gros contrats étrangers pour la Chine en matière de construction de chemins de fer pour TGV

Plusieurs années après la mise en service sur toute sa ligne du chemin de fer Qinghai – Tibet, qui est en fait la voie ferrée de haut plateau unique dans le monde quant à sa longueur et à l'altitude qu'elle atteint, les travaux de grande envergure de construction de chemins de fer pour trains à grande vitesse (TGV) continuent à être menés en Chine de façon impétueuse et cela a déchaîné dans le monde un enthousiasme sans précédent pour la réalisation de ce genre de chemin de fer. Parallèlement, des entreprises chinoises spécialisées dans la construction de chemins de fer TGV se sont introduites dans le marché international et rivalisent avec leurs concurrents pour tenter de décrocher des contrats et que ce soit la deuxième tranche du projet saoudien LGV Haramain (ligne de train à grande vitesse Haramain), qui est la concrétisation du projet MMRL (Makkah-Madinah Rail Link) visant à relier La Mecque à Medine via Djeddah ou bien le projet TGV Tampa-Orlando, en Floride, aux Etats-Unis, on remarque partout des soumissionnaires chinois qui se démènent et qui appartiennent à des entreprises chinoises, dont China South locomotive & Rolling Stock, China Railway Construction Corporation Limited (CRCC), Beijing Railway Bureau et China CNR Corporation Limited.

Quant aux locomotives, aux wagons et aux pièces accessoires de fabrication chinoise, on les a déjà exportés vers une cinquantaine de pays et de territoires du monde. Pour les deux seules entreprises chinoises China South locomotive & Rolling Stock et China CNR Corporation Limited, elles ont remporté l'année dernière à l'étranger plusieurs gros contrats dont le montant s'élève à 2,3 milliards de dollars US. Les soumissionnaires chinois ont déjà gagné l'estime de leurs collègues étrangers d'un grand nombre de pays développés qui reconnaissent et acceptent leur force potentielle, ce qui fait que lors de la soumission de la deuxième tranche des travaux du projet LGV Haramain, Siemens, qui figure parmi les plus grandes et les plus puissantes entreprises du monde, s'est détaché volontairement du groupe étranger qu'il a adhéré auparavant pour se tourner vers un autre groupe composé principalement d'entreprises chinoises et dont le chef de fil est China South locomotive & Rolling Stock.

Pour ce qui est de la Chine, que ce soit la construction ferroviaire TGV ou bien la construction navale, elles revêtent toutes les deux à ses yeux une grande importance du fait qu'elles constituent pour elle deux secteurs industriels d'exportation qui méritent le plus d'être développés, et cela non seulement parce qu'elles nécessitent une grande quantité main-d'œuvre et permettent ainsi de créer un grand nombre d'emplois, mais en plus son caractère de haute densité technologique et de haute intensité capitalistique répond entièrement à la situation actuelle où la Chine dispose de riches et abondantes ressources en matière de la main-d'œuvre ou des fonds et qui envisage justement de promouvoir la montée en génération de ses industries.

L'ouverture du marché d'exportation revêt sans aucun doute une grande importance significative pour les grandes entreprises chinoises du secteur, tandis que vu de l'intérêt d'ensemble de l'Etat, l'exportation de chemin de fer TGV, qui combine dans un ensemble et la construction d'équipements et les travaux forfaitaires, constitue une grande force motrice de développement favorable à l'exportation par la Chine de marchandises, de service et de capitaux

Tout d'abord, les équipements, dont principalement le TGV (train à grande vitesse), peuvent constituer directement les marchandises et les produits d'exportation de la Chine, tandis que la pose de rails pour le chemin de fer TGV permet à la Chine d'accroître l'exportation de son service de construction.

Ensuite, pour pouvoir introduire le TGV chinois, les pays étrangers concernés doivent demander le financement de la Chine, ce qui favorise la sortie du pays des capitaux chinois. Dans le cas où les étrangers qui recueillent et collectent les fonds préfèrent réunir des fonds en renminbi (monnaie chinoise) pour pouvoir payer par la suite les entreprises chinoises de construction de voies ferrées TGV, cela favorisera non seulement la formation d'exportation (en évitant le risque du taux de change), mais également l'exportation de capitaux et l'internationalisation du renminbi, ce qui contribuera au cercle vertueux et à la croissance équilibrée des trois qui progresseront réciproquement.

Enfin, du fait que le « Made in China » existe partout dans le monde et qu'il s'est introduit dans la plupart des marchés internationaux, l'amélioration des installations d'infrastructure dans les pays de partenariat commercial avec la Chine signifie que le « Made in China » pourra s'infiltrer plus facilement dans les divers marchés intérieurs de ces pays. La progression et le développement simultanés du « Made in China » et de la construction de routes se font déjà remarquer de façon évidente dans certains pays voisins de la Chine et l'exportation du chemin de fer TGV produira un effet plus grand et plus remarquable et ce sera une répétition de plus grande envergure et à un niveau plus élevé.

Que ce soit un encouragement à la réussite des entreprises chinoises concernées dans leur combat en vue d'arracher de plus gros contrats à l'étranger ou bien que ce soit la mise en valeur pleine et entière du rôle d'exportation des autres « Made in China », le fond du problème consiste dans la réalisation d'avoirs incorporels.

La réussite de la Chine d'accéder rapidement aux premiers rangs mondiaux pour ce qui est de la construction de chemins de fer TGV est due principalement au succès de sa stratégie d'introduction, d'assimilation et d'absorbation. Vu de la pratique commerciale mondiale, si les fabricants d'ensemble de train ou d'ensemble de locomotives seraient capables de soigner et de développer leur propre image de marque et de gagner une puissante force de contrôle sur le marché, ils pourraient alors gagner de gros profits et ils feront en sorte que les fournisseurs de pièces accessoires et de matières premières deviennent des gens qui travaillent pour eux. Et dépendent d'eux. Dans le cas où il serait impossible pour eux de faire comme cela, ils seront obligés alors de céder la plus grande partie des avantages et des profits à autrui et ils seront dans l'obligation de dépendre des fournisseurs de pièces accessoires et de matières premières et de travailler pour eux. En Chine, un grand nombre de fabricants d'ensemble de train ou de locomotive préfèrent répéter sans cesse à ceux qui l'écoutent de quel pays ils ont introduit les techniques et que les pièces accessoires qu'ils utilisent pour procéder au montage sont importées de quel pays et ils se sentent honorés pour cela. L'utilisation de ce genre tactique est compréhensible pour les débutants qui viennent d'entrer dans le secteur et qui n'y sont pas fixer solidement, mais la conséquence de cette façon d'agir est quelque peu désastreuse, car c'est faire la courte échelle à autrui sans en retirer aucun profit. Après que les fabricants d'ensemble de train ou de locomotives eussent réussi à s'implanter solidement, à accomplir l'assimilation et l'absorption des techniques importées et à se développer de façon indépendante et autonome, la priorité de la propagande et de la demande doit être transféré petit à petit dans le remodelage de l'image de leur marque respective ainsi que dans le processus de développement et de création d'entreprises en surmontant toutes sortes de difficultés et de problèmes.

Le remodelage de l'actif incorporel du chemin de fer TGV chinois, qui est de fait un genre d'industrie à forte intensité technologique, bénéficie non seulement le secteur du chemin de fer TGV lui-même, mais également le « Made in China » dans son ensemble. Quel est le problème-clé de la création d'une marque internationale connue et haute de gamme ? En ce qui concerne l'industrie de fabrication d'équipements hautement spécialisés, il est d'une importance cruciale de disposer d'une grande force technologique, tandis que pour le secteur de fabrication d'articles d'usage courant, puisqu'il y en a tellement de soi-disant « marques internationales » qui sont fabriquées en Chine à un coût de revient très bas, on peut dire alors que de toute évidence la cherté de ces grandes marques ne réside pas dans une technologie sophistiquée de pointe ni dans une matière première rare et précieuse, mais plutôt dans l'imagination du consommateur à l'égard d'une vie de haute qualité et en fin de compte, cette imagination provient du pays d'origine de la marque concernée et dépend du niveau de développement économique et social du pays qui impressionne tellement le consommateur. Et pourquoi les soi-disant « grandes marques internationales » proviennent-elles principalement des pays développés de l'Europe et de l'Amérique du Nord ? Pourquoi les consommateurs des autres pays du monde font-ils tellement confiance aux marques européennes et américaines ? La raison principale c'est qu'aux yeux des consommateurs, les pays de l'Europe et de l'Amérique du Nord sont développés et riches et leurs populations mènent une vie heureuse de haute qualité et la soi-disant « vie de haute qualité » est de fait le synonyme de la mode de vie qu'on mène en Europe et en Amérique du Nord. Dans le cas où les réussites et les succès de la Chine dans les secteurs de l'industrie spatiale et de la construction de chemins de fer TGV seraient connus de tous et que l'image de ses marques serait en hausse constante, le grand nombre de consommateurs étrangers comprendront alors que la Chine est un pays qui dispose de technologies avancées de pointe et qui mérite qu'on l'admire et l'apprécie, les produits chinois ainsi que les marques chinoises pourraient alors exercer sur eux un effet discret, imperceptible et progressif qui s'accroîtra petit à petit par contrecoups.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : Wen Jiabao met l'accent sur la stabilisation de la croissance économique
La Chine s'oppose fermement aux activités des armées étrangères au large des côtes chinoises
L'unité et la solidarité vues à travers la Coupe du Monde
Nicolas Sarkozy se sert aussi du « microblog »
Pour que le football soit toujours exposé au soleil !
Quel genre d'esprit national faut-il à la Chine contemporaine ?
Respecter les règles du jeu de l'amour