100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 04.07.2010 11h18
Les craintes sur l'économie mondiale font chuter les marchés

Les marchés internationaux n'ont cessé de chuter au cours du premier semestre de cette année, et ce, malgré les premiers signes de reprise économique. Le manque de relance claire de l'économie mondiale serait à l'origine de ce phénomène.

Les craintes que l'économie mondiale soit à nouveau secouée se sont traduites par un retrait massif des investisseurs sur les marchés. Le sommet du G20 de la semaine dernière n'est pas parvenu à réconforter les investisseurs après que les dirigeants des principales économies mondiales n'ont pu se mettre d'accord sur le retrait des mesures contre la crise.

Jim Glassman

Economiste en chef

JP Morgan Chase

"Le marché, la bourse, réalise que la croissance ne sera pas aussi forte que ce qu'elle été auparavant. Nous observons donc que les marchés réévaluent la situation."

La crise de la dette européenne est l'un des principaux facteurs à l'origine des mauvais résultats des marchés pour la première partie de cette année. La crise s'est traduite par un recul de la consommation européenne. Ce phénomène a eu un impact sur le reste du monde. Le plan de prêts d'une valeur de 442 millions d'euros de la Banque centrale européenne arrivera à échéance jeudi. La capacité de financement des banques risque d'être remise en cause en cette période où les marchés craignent que les banques manquent de capitaux. Les banques résistent mal aux pressions, ce qui inquiète les investisseurs.

La santé de l'économie américaine est aussi une source d'inquiètude. Les Etats-Unis sont sur le point de publier leur rapport sur l'emploi non-agricole. Combiné aux répercussions de la crise de la dette en Europe, les investisseurs craignent une baisse du nombre d'emplois aux Etats-Unis pour la première fois cette année.

Etant donné que l'Europe est le plus grand marché d'exportation de la Chine, certains craignent que la dépréciation de l'euro ait un impact négatif sur le volume des exportations chinoises. La rigueur des politiques immobilières et la crise de la zone euro pourraient affaiblir le PIB chinois. Le secteur manufacturier et les actifs immobilisés risquent de croître moins rapidement au second semestre de cette année.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Sélection du Renminribao du 2 juillet
La Chine poursuivra sa politique macro-économique
Des entreprises chinoises empêchées d'investir aux Etats-Unis : un nouveau rideau de fer pour garantir la « sécurité de l'Etat » ?
La Chine a besoin de développer ses propres marques
Combien de temps la Chine pourra-t-elle rester un pays compétitif?
Chine : flambée des recettes financières de l'Etat et c'est le moment de procéder à l'allègement fiscal
Chine : la disparité des revenus atteint le seuil critique, la réforme de la redistribution sociale progresse petit à petit