100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 01.07.2010 14h00
Les investisseurs chinois s'intéressent de plus en plus au marché immobilier européen

Au moment où l'économie chinoise connaît un essor prodigieux, celle de l'Europe est au contraire en voie de déclin et de régression, tandis qu'en Chine, les prix de logements, en proie à une « fièvre constante », se heurte justement à la dévaluation de l'euro et du livre sterling, ce qui fait que certains acquéreurs et preneurs chinois riches et fortunés commencent à fixer leur attention sur le marché immobilier outre-mer. Bien que leur enthousiasme pour le marché immobilier américain qui touche le fond n'a pas encore tellement diminué, mais une autre occasion est apparue devant eux, à savoir la différence de taux de change et la crise de la dette souveraine en Europe qui provoquent la baisse des prix de logements, qui les pousse à se tourner vers le territoire européen et à tenter leur chance en y investissant dans le marché immobilier, car il semble pour eux que c'est le moment propice pour y acquérir des biens immobiliers et devenir ainsi des « propriétaires fonciers » en Europe.

Le site web du quotidien français en chinois « Nouvelles d'Europe » rapporte que les dernières données établies montrent qu'au premier trimestre 2010, sous les effets du facteur saisonnier, le volume global des investissements commerciaux et immobiliers sur le marché européen se chiffre à 16,3 milliards d'euros soit une baisse de 29% par rapport au volume d'investissement durant le quatrième trimestre 2009, mais toujours une hausse de 65% par rapport à la période correspondante de l'année dernière (9,9 milliards d'euros).

« A partir du quatrième trimestre de l'année passée, l'effervescence pour l'investissement dans le marché immobilier européen a connu un sensible réchauffement et cette fièvre de fin d'année est due principalement à la prévoyance normale du grand nombre d'investisseurs qui souhaitent accomplir la disposition de leurs fonds avant la fin de l'année. », a fait remarquer Magali Marton, responsable du Département d'études sur le Continent européen et le Moyen-Orient de DTZ, Conseil international en immobilier d'entreprise, qui a ajouté que l'apparition croissante ces derniers temps d'investisseurs chinois sur le marché immobilier européen est due principalement à la dévaluation de l'euro par rapport au yuan RMB et à la crise de la dette en Europe qui a provoqué la diminution d'une partie des prix immobiliers.

« A l'heure actuelle, pour les investisseurs chinois qui désirent acquérir des biens immobiliers en Europe, ils ont pour la plupart deux buts, le premier c'est d'investir pour gagner par la suite des profits dans les recettes du loyer ; et le deuxième, c'est de faire des préparatifs en vue de l'immigration. », a indiqué M. Fei, un responsable d'une société d'investissement et de vente par intermédiaire de biens immobiliers à l'étranger de Shanghai, qui a poursuivi en disant qu'à la phase actuelle, il y a principalement quatre catégories de gens qui vont en Europe pour y investir : la première, ce sont des étrangers installés en Chine qui ont l'habitude et la conscience d'investir dans l'immobilier outre-mer et qui disposent du pouvoir d'achat ; la deuxième, ce sont des familles de jeunes Chinois qui font leurs études à l'étranger, qui ont le besoin de résider en permanence dans le pays en question et qui espère obtenir en retour des avantages et des profits en investissant dans l'immobilier ; la troisième, ce sont les gens qui ont le besoin d'immigrer ; et la quatrième, ce sont les richards chinois qui chaque année vont passer leurs vacances à l'étranger et qui ont le besoin d'avoir une demeure fixe.

« A l'heure actuelle, ce n'est pas encore le moment de faire en sorte que le marché immobilier européen touche le fond, car depuis l'année dernière, dans les principales villes de l'Europe, les prix de logements ont rebondi, toutefois pour les Chinois, ils peuvent profiter de la récente différence du taux de change et saisir cette chance pour acheter des biens immobiliers en Europe. », a dit M. Fei, « Et on peut citer l'exemple suivante : dernièrement, un client chinois a acheté dans le dix neuvième arrondissement de Paris un appartement de cent mètres carrés, lequel coûte, selon l'offre proposée par son ancien propriétaire 570.000 euros qui équivalent, d'après le taux de change du moment, 6 millions de yuans RMB. Mais l'affaire n'a pu aboutir vu qu'à ce moment-là le client chinois n'a pas pu réunir les fonds nécessaire. Puis, au cours des trois premiers mois de cette année, le marché immobilier parisien est entré dans sa morte-saison traditionnelle et enfin au mois de mai dernier, le coût de cet appartement a légèrement baissé de vingt mille euros pour se chiffrer à 550.000 euros, et d'après le taux de change actuel, cette somme équivaut à 462.000 yuans RMB et le client chinois a saisi cette occasion pour conclure l'affaire, vers la fin de mai dernier, avec une société de vente intermédiaire locale. Ainsi, l'attente de près de six mois lui a permis d'économiser à peu près 1,5 millions de yuans RMB. On voit bien que la différence de taux de change profite énormément aux acheteurs chinois et exerce sur eux une grande force d'attraction.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Blatter s'excuse auprès de l'Angleterre et du Mexique et parle enfin de vidéo
Démission du président de la Fédération française de football
Combien de temps la Chine pourra-t-elle rester un pays compétitif?
Chine : flambée des recettes financières de l'Etat et c'est le moment de procéder à l'allègement fiscal
Chine : la disparité des revenus atteint le seuil critique, la réforme de la redistribution sociale progresse petit à petit
Les combines du marketing en ligne entament la confiance du public dans Internet
Sommet G20 à Toronto : faut-il secourir l'euro ou bien Obama ?