100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 01.07.2010 08h35
CISA : Les aciéries chinoises ne sont pas en mesure de jouer un rôle du fournisseur mondial

Le ministère chinois des finances a supprimé dernièrement le remboursement des impôts douaniers prélevés sur l'exportation des 48 catégories de produits sidérurgiques. Selon Shan Shanghua, secrétaire en chef de la CISA (China Iron & Steel Association ou Association chinoise de la sidérurgie), ceci traduit une discrétion du gouvernement chinois relative à l'exportation des produits sidérurgiques.

À l'heure actuelle, par manque de matière première, près de 70 % du minerai de fer utilisé dans la production sidérurgique chinoise sont importés. Cependant, l'exportation des produits sidérurgiques s'est élevée à 4,94 millions de tonnes en mai de cette année, soit une croissance de 265,9 % en comparaison avec la même période de l'année dernière. Ces données paradoxales révèlent une confusion vraisemblable au niveau de la position stratégique du secteur. Pour Shan, les aciéries chinoises ne sont pas en mesure de jouer un rôle de fournisseur mondial, et elles ne sont pas non plus encouragées à le faire du point de vue des politiques sectorielles.

« Exporter les produits sidérurgiques bruts revient à exporter les ressources, les matières premières et l'énergie. Ceci contribue à l'aggravation de la pollution environnementale », a indiqué le secrétaire en chef de la CISA. « Actuellement, l'exportation mensuelle nette pourrait s'élever à plus de 4 millions de tonnes pour ramener le chiffre annuel à plus de 50 millions de tonnes, soit 10 % de la production globale. Cette prise choquante d'une telle part de marché global est par ailleurs à l'origine des nombreux différends anti-dumping et anti-subventions. »

Selon Shan, la suppression du remboursement des impôts prélevés sur l'exportation pourrait exercer une certaine influence sur le marché intérieur à court terme, mais il n'y aura pas de chute brutale du cours de l'acier. À long terme, ceci est favorable pour le changement du mode de croissance. « Pour la Chine, qui manque de minerai de fer de haute qualité, la croissance de l'exportation de l'acier pousse obligatoirement vers le haut l'importation de minerai. Exporter 50 millions de tonnes d'acier exige une importation de 75 millions de tonnes de minerai de fer, et contribue à l'augmentation du cours de ce dernier. Réduire l'exportation de l'acier est aussi une solution pour échapper à la hausse irrationnelle du prix du minerai de fer. La production d'acier doit satisfaire à priori aux besoins de la fabrication nationale. »

Selon le Plan révisé 2010-2015 du développement de Baosteel, publié le 29 juin sur son site internet officiel, la société envisage de réduire sa production de près d'un tiers par rapport à son objectif annuel précédent, passant ainsi de 80 à 50 millions de tonnes pour 2012.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Blatter s'excuse auprès de l'Angleterre et du Mexique et parle enfin de vidéo
Démission du président de la Fédération française de football
Combien de temps la Chine pourra-t-elle rester un pays compétitif?
Chine : flambée des recettes financières de l'Etat et c'est le moment de procéder à l'allègement fiscal
Chine : la disparité des revenus atteint le seuil critique, la réforme de la redistribution sociale progresse petit à petit
Les combines du marketing en ligne entament la confiance du public dans Internet
Sommet G20 à Toronto : faut-il secourir l'euro ou bien Obama ?