100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 30.06.2010 17h13
La Chine envisage de mettre un plafond aux salaires dans les entreprises de monopole d'Etat

Dans un contexte d'efforts faits par le gouvernement pour réduire le fossé des salaires entre les riches et les pauvres, les autorités chinoises envisagent de mettre un plafond au montant total des salaires distribués dans les sociétés publiques de monopole rentables.

Le Ministère des Ressources Humaines et de la Sécurité Sociale (MRHSS) a annoncé dans un rapport qu'il procéderait à l'élaboration de mesures spécifiques pour « contrôler strictement » les paiements totaux distribués dans les entreprises publiques de monopole. Ce rapport a été obtenu par Xinhua mardi.

Le rapport, écrit à la suite d'un groupe de travail du Comité Permanent de l'Assemblée Populaire Nationale (APN), la législature suprême chinoise, met en avant des propositions écrites pour l'application de la Loi chinoise sur les syndicats, mais n'a pas fixé la limite supérieure de l'ensemble des rémunérations.

En Chine, le salaire moyen d'un employé de base d'une entreprise publique de monople, comme les télécommunications ou les ressources, peut aller jusqu'à trois fois celui d'un employé travaillant dans le secteur privé, qui atteint le plus souvent environ 3 000 Yuans (440 Dollars US) par mois.

Ce fossé grandissant a eu pour conséquence des plaintes de la population et a poussé des millions de diplômés des universités à rechercher un travail dans les monopoles d'Etat, où les employés sont assurés d'avoir une meilleure assurance-santé et des revenus plus stables.

Afin d'établir un « mécanisme de croissance normale des salaires », le Ministère a dit, dans son rapport, qu'il continuerait à se pencher sur les problèmes liés aux différences de salaires via une procédure visant à « mettre un plafond aux hauts revenus, étendre la classe moyenne de revenus et assurer des salaires minimum ».

Le Ministère continuera aussi à favoriser l'établissement d'un mécanisme garantissant aux travailleurs plus de pouvoir de décision dans la formulation des politiques de salaires et permettant à leurs salaires de varier en fonction des hauts et des bas des entreprises, d'après le rapport.

Le rapport dit également que le revenu des cadres, et particulièrement celui des cadres supérieurs, dans les entreprises publiques administrées par le gouvernement Central devrait être réglementé et que les autorités devraient assurer que les critères de salaire minimal puissent être modifiés en temps voulu et d'une manière raisonnable.

Le Comité Permanent de l'APN avait désigné un groupe de travail pour examiner l'application de la Loi chinoise sur les syndicats entre juillet et août de l'année dernière.

Se basant sur des enquêtes et des recherches, le groupe de travail avait soumis des propositions écrites au sujet de l'application de la Loi sur les syndicats.

Le Ministère, en collaboration avec les Ministères du Commerce et de la Santé, la Fédération des Syndicats de la Chine Entière, mais aussi avec le Bureau des Affaires Législatives du Conseil des Affaires d'Etat, le gouvernement chinois, ont établi leur rapport en se basant sur ces propositions.

Le rapport a ensuite été soumis au Conseil des Affaires d'Etat et transmis à la Législature Suprême lors de la 15e Session du Comité Permanent de la 11e Assemblée Populaire Nationale, une séance qui a duré quatre jours et s'est achevée vendredi.

Des copies du rapport ont été distribuées aux membres du Comité Permanent de l'Assemblée Populaire Nationale durant la session.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Blatter s'excuse auprès de l'Angleterre et du Mexique et parle enfin de vidéo
Démission du président de la Fédération française de football
Combien de temps la Chine pourra-t-elle rester un pays compétitif?
Chine : flambée des recettes financières de l'Etat et c'est le moment de procéder à l'allègement fiscal
Chine : la disparité des revenus atteint le seuil critique, la réforme de la redistribution sociale progresse petit à petit
Les combines du marketing en ligne entament la confiance du public dans Internet
Sommet G20 à Toronto : faut-il secourir l'euro ou bien Obama ?