100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 22.06.2010 10h18
Les services de paiement non bancaire mis sous contrôle

La Banque Populaire de Chine (BPC) a déclaré lundi que les fournisseurs de services de paiement non bancaires auraient désormais besoin d'une autorisation pour conduire des opérations de paiement à une tierce personne dans le pays.

Suivant ces nouvelles règles, les entreprises devront déclarer à la Banque Centrale les taux de commission qu'elles prélèvent pour les transactions avec une personne tierce.

Ces entreprises feront également l'objet de contrôles périodiques de la part de la BPC.

D'après la Banque Centrale, les entreprises concernées devront faire une demande d'autorisation dans un délai d'un an après l'entrée en vigueur des nouvelles mesures, le 1er septembre prochain.

D'après les analystes, ces nouvelles règles devraient permettre de réguler le marché du paiement en ligne, qui a représenté 555 milliards de Yuans (81,4 milliards de Dollars US) l'année dernière, en augmentation de 135,6% par rapport à 2008.

Les fournisseurs de services de paiement non bancaires devront posséder un capital enregistré d'au moins 100 millions de Yuans pour pouvoir obtenir une autorisation d'activité à l'échelle nationale, et devront avoir fait des bénéfices pendant deux années consécutives, a annoncé la Banque Centrale.

« Cette nouvelle politique favorisera le développement sain de l'industrie du paiement en ligne », dit Cao Fei, analyste chez Analysys International, société chinoise spécialisée dans la recherche.

Le marché chinois du paiement en ligne a augmenté de plus de 100% par an ces cinq dernières années. Il a également attiré de plus en plus de participants. D'après les experts du secteur, il y a à présent plus de 100 sociétés de paiement en ligne en Chine.

Mais dans le même temps, il y a des problèmes du fait d'une réglementation insuffisante.

Ainsi, certaines sociétés de paiement en ligne ont-elles été récemment accusées d'avoir gagné de l'argent par le biais d'activités illégales. Par exemple, la société de paiement en ligne 99Bill Corp aurait aidé une société de paris à collecter des fonds à hauteur de plus de 3 milliards de Yuans, et l'un de ses principaux dirigeants a été mis en détention.

« A l'égard de toutes les sociétés de paiement en ligne, cette règle de l'autorisation est équitable », dit Wang Ziling, chargé des relations publiques chez Alipay.com Co Ltd, la plus grande société de paiement en ligne de Chine.

Alipay détenait 52% des parts du marché du paiement en ligne en 2009, suivi par Tenpay, une unité de paiement en ligne de Tencent, avec 24,7%.

D'après les analystes, du fait que les entreprises de ce secteur devront avoir fait des bénéfices pendant au moins deux ans, ces nouvelles mesures auront également pour conséquence de restreindre l'arrivée de nouveaux acteurs sur le marché.

S'agissant des entreprises à capitaux étrangers, la Banque Centrale édictera des règles séparées.

Pour M. Cao, d'Analysys International, les nouvelles règles devraient aussi avoir pour conséquence des exigences plus strictes à l'égard des entreprises étrangères de paiement en ligne.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine/France : renforcement de la coopération parlementaire
La Chine formule quatre «espoirs» pour le Sommet du G20 de Toronto
« La Chine joue en solo », compliment fielleux des médias occidentaux
Ce coup de feu tiré à Belleville sera-t-il le dernier pour préserver les droits et intérêts de la communauté chinoise en France ?
A la découverte de la Ville du Futur : Les 3 notes de l'Exposition Universelle
Parlons un peu de l'idée « l'économie chinoise, la seule à être prospère parmi tant d'autres »
Les multinationales doivent respecter les lois chinoises