Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 08.06.2010 16h30
La société chinoise NFC prête à se lancer dans des fusions-acquisitions à l'étranger

La China Nonferrous Metal Industry's Foreign Engineering and Construction Co (NFC) envisage davantage de fusions-acquisitions à l'étranger afin d'accroitre ses resources en minéraux, a déclaré lundi un haut responsable de l'entreprise.

NFC est également en train de développer sa présence dans des pays riches en minéraux comme le Canada ou l'Australie par le biais de prises de participation, afin d'avoir plus de poids au niveau international pour discuter les prix, a déclaré Wang Hongqian, directeur général de la NFC, basée à Beijing.

D'après M. Wang, dans des pays en développement comme la Mongolie ou le Laos, NFC continuera à porter l'accent sur l'exploration de minéraux, dont la plupart sont nécessaires pour satisfaire la demande intérieure en ressources naturelles.

Au Canada et en Australie, NFC a pour objectif de prendre des participations minoritaires dans des sociétés minières locales afin d'acquérir de l'expérience.

L'entreprise est actuellement en pourparlers avec Reed Resources, qui opère dans le domaine du développement des ressources en métaux, afin de financer le projet de vanadium de ce dernier à Barrambie, dans l'Ouest de l'Australie.

« Nous sommes très prudents chaque fois que nous cherchons à nous étendre à l'étranger, étant donné l'environnement compliqué pour l'investissement dans différents pays, du fait par exemple de politiques locales variées, de différences culturelles, de conditions climatiques défavorables ou d'infrastructure médiocres », a dit M.Wang.

L'entreprise a pourtant une expérience réussie d'expansion à l'étranger : Tsairt Mineral Co, dans laquelle NFC détient 51% et la société mongole Metalimpex le reste, est devenue la plus grosse coentreprise minière en Mongolie. Elle a contribué à hauteur de 57 millions de Dollars US aux finances de la Mongolie depuis le début des opérations en août 2005.

L'entreprise a produit 537 100 tonnes de concentré de zinc et vendu pour 372 millions de Dollars en produits à la Chine à la date d'avril de cette année.

Le projet de zinc de NFC a également fourni près de 500 opportunités d'emploi en Mongolie et fait augmenter directement le PIB du pays de 2 à 3%.

« Nous cherchons activement d'autres occasions de profiter des promesses faites par le gouvernement chinois de développer le secteur minier en Mongolie », a dit M. Wang, ajoutant que les ressoources minérales autres que le minerai de zinc seront prises en considération.

Le Premier Ministre Wen Jiabao avait déclaré au début de ce mois, durant sa visite en Mongolie, que la Chine apporterait une aide économique, dont des subventions et des prêts, pour aider son voisin dans ses projets minéraux, de communications et d'infrastructures.

« Les compagnies minières chinoise explorent les opportunités possibles dans les pays étrangers, la Chine ayant besoin de plus en plus de ressources naturelles afin de soutenir sa forte croissance économique », a dit Liu Minda, analyste spécialiste en métaux non ferreux chez Huatai Securities, ajoutant que c'était beaucoup plus facile pour les entreprises publiques de s'étendre à l'étranger, car elles disposent de vastes réserves en argent.

Mais le temps est aussi un facteur important pour ces investissements, et les meilleures opportunités sont à venir, a-t-il ajouté.

Actuellement, NFC opère dans des projets situés dans des pays comme le Kazakhstan, la Zambie, l'Italie, le Vietnam, l'Inde et l'Iran.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?