100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 04.06.2010 17h04
La Chine encourage les hommes d'affaires étrangers à investir dans les régions du centre et de l'ouest

Le 3 juin, lors d'une réunion organisée à Ma'anshan, province de l'Anhui, Shi Guangsheng, ancien ministre chinois du Commerce extérieur et de la Coopération économique et président de l'Association chinoise des entreprises à investissements étrangers, a déclaré que les entreprises à investissements étrangers faisaient partie de l'économie chinoise et que la Chine accordait depuis toujours une grande importance à l'amélioration de l'environnement des investissements et encourageait les hommes d'affaires étrangers à investir dans les régions du centre et de l'ouest du pays. Pour cela, la Chine perfectionnera ses mesures politiques en la matière. Aujourd'hui, le développement économique de ces régions offre un immense potentiel commercial.

D'après Shi Guangsheng, les entreprises à investissements étrangers sont une importante composante de l'économie chinoise. La Chine accorde depuis toujours une grande importance à l'amélioration de l'environnement des investissements. Pour drainer davantage de capitaux étrangers, le Conseil des Affaires d'État a publié cette année « Quelques avis sur l'utilisation des capitaux étrangers », en encourageant les hommes d'affaires à investir dans les régions du centre et de l'ouest, en particulier dans les secteurs de nouveau type et les secteurs à forte densité de main-d'œuvre ayant réuni les conditions nécessaires. Des mesures préférentielles seront appliquées à l'égard des investisseurs étrangers. Les infrastructures, neuves ou rénovées, les services administratifs et les entreprises à investissements étrangers seront encouragés à se déplacer dans les régions centrales et de l'ouest.

Dans le contexte où la politique d'État encourage les capitaux étrangers à se transférer dans ces régions, le Conseil des Affaires d'État a approuvé, cette année, le Plan concernant la zone pilote des villes riveraines de l'Anhui pour l'accueil des secteurs transférés. Ceci revêt une grande signification dans la recherche d'une nouvelle voie et d'un nouveau mode pour le transfert des secteurs dans ces régions et pour y promouvoir la relance économique.

Pour ce faire, l'État a pris plusieurs mesures préférentielles concernant l'investissement, les finances, la fiscalité, etc. Par exemple, s'agissant de l'ouverture, les organismes bancaires et d'assurances étrangers implantés en Chine sont encouragés à installer leurs succursales dans l'Anhui. Les investisseurs sont également encouragés à faire l'acquisition d'entreprises dans la zone pilote, à transformer et aider les entreprises à entrer en bourse en dehors du territoire chinois et à obtenir un financement.

D'après Shi Guangsheng, avec la modernisation actuelle de la Chine, le développement de l'urbanisation et la demande croissante de la consommation offrent de nombreuses opportunités aux hommes d'affaires étrangers désireux d'investir en Chine. D'après lui, la zone pilote des villes riveraines de l'Anhui pour l'accueil des secteurs transférés, qui est la plus proche du delta de Changjiang parmi les régions du centre et de l'ouest, possède les atouts suivants : une forte capacité d'accueil, un coût relativement bas et des secteurs de base complet. Ainsi, cette zone deviendra-t-elle un propulseur entraînant le développement de la province de l'Anhui et du centre de la Chine, offrant d'immenses opportunités commerciales.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Lancement réussi d'un satellite de météorologie
Le milieu religieux de Chine a donné 100 millions de yuans à Yushu
Ne ternissez pas la réputation du Wushu chinois !
Tirer une leçon du plan de doublement du revenu national du Japon
Le CNPC en tête du top 500 des plus grandes entreprises du monde : une bonne ou une mauvaise nouvelle
Coup de théâtre sur la scène politique allemande : le président Horst Köhler démissionne suite à des propos déplacés
Tout n'est pas rose pour la « Vallée de la joie » de Paris