100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 28.05.2010 16h10
La Chine est devenue la principale victime du protectionnisme commercial

Le 25 mai aux Etats-Unis (heure locale), le groupe de l'intégration commerciale et internationale de la Banque mondiale a publié son tout dernier rapport qui indique qu'au premier trimestre 2010, la Chine est devenue la principale victime du protectionnisme commercial international.

Rédigé par Chad P. Bown, économiste principal au Groupe de la Banque mondiale pour le développement de la recherche, du commerce et de l'intégration internationale (DECTI), ce rapport montre qu'au cours du premier trimestre de cette année, plusieurs pays ont lancé au total dix neuf enquêtes antidumping, dont neuf à l'encontre de produits et d'articles exportés par la Chine, soit 47% du nombre total de ces enquêtes et c'est le chiffre le plus élevé dans le monde. Ce qui est plus sérieux c'est qu'il est fort possible que ces enquêtes se transformeront toutes par la suite en interdiction commerciale.

Il est démontré dans le rapport qu'au cours du premier trimestre de cette année, l'Argentine a déclenché une enquête antidumping contre le complet et la chaîne de lame de scie de fabrication chinoise, l'Union européenne à l'encontre de la mélamine et du papier de décoration de bonne qualité exportés par la Chine, l'Inde contre l'acier sans soudure, le fibre de verre, la pellicule PVC ainsi que les articles en polypropylène produits par la partie continentale chinoise et par le territoire de Taïwan, la Turquie pour les matières renforcées par le fibre de verre fabriquées en Chine et enfin les Etats-Unis contre les tubes d'acier utilisés dans le forage de fabrication chinoise. En dehors de l'enquête antidumping, les Américains ont appliqué une politique fiscale de revanche.

Certains pays n'ont pas seulement déclenché une enquête antidumping, ils ont appliqué directement des mesures de protection commerciale à l'encontre des marchandises d'exportation chinoise. Parmi les quinze mesures politiques de protection commerciale lancées dans le monde en 2010, dix, soit un taux élevé de 67%, visent les produits en provenance de la Chine.

Pour le seul trimestre 2010, l'Argentine a appliqué la mesure de protection commerciale à l'encontre de trois produits chinois d'exportation et le Brésil a lancé de son côté une mesure de protection commercial contre les chaussures fabriquées par la Chine. D'autres pays, dont l'Inde, les Etats-Unis, le Canada et la Turquie, ils ont appliqué également des mesures de protection à l'encontre de différentes et de diverses produites en provenance de la Chine. Le Canada et les Etats-Unis ont chacun de son côté appliqué une « politique fiscale de revanche » relativement sévère contre un des produits chinois.

D'après les données citées dans le rapport, le nombre des enquêtes antidumping subies par la Chine a augmenté sensiblement. L'année dernière, divers pays du monde ont lancé douze enquêtes antidumping contre les marchandises chinoises d'exportation contre quatre seulement en 2008, tandis que leur nombre s'est élevé à neuf durant le premier trimestre de cette année.

Ce courant ne répond pas à la tendance générale dans le monde, car en réalité, le protectionnisme commercial international a connu une baisse sensible ces derniers temps.

Le rapport souligne que durant toute l'année 2009, les pays du monde ont lancé au total 127 enquêtes antidumping, dont 38 durant le troisième trimestre et 24 durant le deuxième. Par contre au premier trimestre 2010, il n'y en a eu seulement 19 dans le monde en entier. En 2009, il y a eu au total dans le monde 92 mesures de protection commerciale appliquées à l'encontre des produits unitaires, dont 31 au quatrième trimestre, et cela est tombé à 12 pendant le premier trimestre 2010.

Toutefois, le rapport de Chad Bown n'a ni étudié ni analysé les raisons exactes des « frictions commerciales » qui se dressent de plus en plus devant la Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le rapportage concernant « l'évaluation des obligations de la Chine en euro » est sans fondement
Les dirigeants des partis politiques européens visitent une région rurale de Beijing
Le football : un sport pour les pauvres et une coupe du monde pour les riches ?
Expo 2010 Shanghai : il faut prêter une oreille attentive aux explications pour pouvoir comprendre et saisir toutes les merveilles exposées
Avantages et inconvénients de la reconnaissance américaine du « statut d'économie de marché » de la Chine
Chute brutale de l'euro : la Chine continuera-t-elle à racheter les dettes publiques européennes ?
Expo 2010 Shanghai : on ne doit pas rater l'occasion de visiter le Pavillon collectif de l'Afrique