100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 16.04.2010 09h47
Les entreprises à investissement étranger jouissent des mêmes droits que celles à investissement chinois

« Les entreprises à investissement étranger (EIE) sont chinoises tant qu'elles sont légalement immatriculées en Chine, et elles partagent naturellement les mêmes droits que les entreprises à investissement 100 % chinois », a indiqué Ma Xiuhong, vice-ministre du Commerce, le 14 avril à l'occasion d'une conférence de presse organisée par le Bureau de l'information du Conseil des affaires d'État. « Il n'y a pas de prétendue détérioration de l'environnement des entreprises nuisible aux investisseurs occidentaux. »

Selon le constat du ministère du Commerce, on comptait à la fin mars 2010 à peu près 690 000 EIE en Chine, avec un montant réel introduit de 1 000 milliards d'USD. La Chine occupe en ce sens le premier rang des pays en voie de développement depuis 17 années consécutives. Le montant des capitaux introduits en Chine s'est élevé à 90 milliards d'USD, même en 2009, en plein cœur de la crise financière globale, et le chiffre représente le deuxième rang de tous les pays en terme de taille des capitaux accueillis. La haute rentabilité du marché chinois a gratifié la plupart des investisseurs d'un bon profit, a noté le ministre en citant les données du Rapport 2010 des enquêtes sur l'environnement commercial en Chine selon lequel, 71 % des entreprises à investissement américain ont réalisé des profits en 2009, 82 % des ETE sont optimistes pour leurs perspectives en Chine et 91 % se disent confiantes pour les cinq prochaines années.

Certaines ETE peuvent se plaindre de difficultés dans leurs affaires en Chine, par exemple au niveau des projets d'achat du gouvernement, de la certification des produits d'innovation, etc. Le ministre Ma a avoué qu'il faudrait encore des efforts pour améliorer l'environnement de l'investissement, et a déclaré que la Chine était en train d'y travailler, en s'inspirant de l'avis de tous, et notamment des investisseurs étrangers, afin de régler ces problèmes « incontournables pour le développement à haute vitesse d'une économie ».

Le Conseil des affaires d'État envisage de réviser le Catalogue directif des secteurs ouverts aux investissements étrangers, dans l'objet d'accentuer l'ouverture et de décentraliser l'approbation des projets à investissement étranger.

Selon le ministre Ma, il s'agira de la cinquième révision du catalogue. « L'élargissement de l'ouverture et l'optimisation de la structure des investissements étrangers ont toujours fait l'objet des quatre dernières révisions ».

L'ouverture économique de la Chine est large, profonde et touche tous les domaines. « L'économie chinoise est très ouverte, même en comparaison avec les pays économiquement mieux développés », a indiqué le ministre Ma.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : peine de mort pour un ancien haut responsable judiciaire de Chongqing
Tempête de neige à Harbin
Le monde entier s'unit et redouble sa vigilance à l'encontre du terrorisme nucléaire
La Turquie ne se désespère pas pour son adhésion à l'UE
Pourquoi les Chinois sont-ils tellement anxieux?
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine