100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 12.04.2010 09h07
Zhu Min : la croissance de l'économie mondiale devrait s'accélérer au premier semestre 2010 et ralentir durant la deuxième moitié de l'année

L'économie chinoise et celle des Etats-Unis ont connu une croissance significative au cours du premier trimestre de cette année, mais cela était un « faible relèvement » dû à la reprise de la confiance et non à la demande et à la production de l'économie réelle, a indiqué Zhu Min, Gouverneur adjoint de la Banque populaire de Chine (banque centrale), lors d'un forum économique tenu le 11 mars à Beijing. Puis, il a ajouté que l'économie mondiale se trouve principalement cette année dans une situation agitée et instable et que sa croissance devrait s'accélérer au premier semestre 2010 et ralentir durant la deuxième moitié de l'année du fait que sa reprise reste encore fragile.

« Si l'on ne tienne pas compte des facteurs de l'inflation et du changement de taux de change, le réel rendement cette année de l'économie mondiale serait dans le meilleur cas au même niveau qu'en 2007. », a déclaré Zhu Min à la réunion annuelle 2010 des quarante personnalités du milieu financier.

Il a poursuivi en disant qu'avec l'éclatement de la crise financière internationale, il est survenu les quatre nouveaux problèmes suivants qui ne sont pas réglés jusqu'à présent : le premier, c'est que sous les effets communs de la capacité excédentaire de production et des fonds largement suffisants, les prix d'actifs ont rebondi rapidement, ce qui fait que le risque potentiel de bulle d'actifs existe toujours ; le deuxième, c'est que la crise d'endettement souverain couve dans tous les secteurs et elle se produit pour la première fois dans des pays développés, tandis que les dépenses rigides qui manquent de soutien fiscal font que pour de nombreux pays, ils ne pourront mettre fin à la croissance d'endettement qu'en 2012, ce qui est une situation assez inquiétante ; le troisième, c'est qu'en tant que monnaie-étalon, le dollar américain est toujours irremplaçable et qu'il est devenu une monnaie d'arbitrage qui produit la plus grande fluctuation, ce qui démontre que la confiance des parties intéressées dans le dollar américain a beaucoup diminué ; le quatrième, c'est que les conflits commerciaux se sont produits partout dans le monde, car après l'éclatement de la crise financière, les pays développés ont constaté que la création d'emploi est le plus grand problème pour eux et c'est la raison pour laquelle ils accordent une plus grande importance à l'industrie manufacturière et au commerce d'exportation, ce qui multiplie et aggrave les litiges commerciaux qui éclatent partout dans le monde et qui deviennent de plus en plus violents chaque jour davantage. Quant à la subvention à l'exportation, des domaines traditionnels de la qualité et de la norme, elle s'est étendue à d'autres multiples domaines, dont le bas carbone, la protection de l'environnement et la protection des droits de propriété intellectuelle.

Selon lui, le déséquilibre structurel constitue la cause fondamentale de la crise financière, y compris le déséquilibre entre l'économie réelle et l'économie fictive du monde, le déséquilibre de la structure commerciale mondiale ainsi que le déséquilibre structurel de l'économie interne des principales entités économiques, … etc., alors que le rééquilibrage structurel sera un processus qui durera de longues années.

Tout d'abord, l'économie fictive et virtuelle s'était dilatée et expansée de plus en plus au cours des deux décennies écoulées et les actifs financiers mondiaux ont beaucoup augmenté et en 2007, ils sont 16,4 fois de plus par rapport à l'économie réelle. La crise financière a permis de réajuster cette situation et en 2008, la proportion a été réduite à 14,2 fois, mais, il existe toujours une grande quantité d' « actifs nocifs » qu'il faut supprimer et annuler, tandis que la partie dilatée de la demande de l'économie réelle qui surpasse auparavant doit être ramenée à sa réelle valeur. Ensuite, c'est que les pays en voie de développement sont en train de mener la croissance économique mondiale et face à cette nouvelle structure, le mécanisme de traitement attend que l'on fasse des efforts pour l'établir, alors que le G20 n'est pour le moment qu'une plate-forme de dialogue à laquelle il manque une force de contrainte obligatoire. Enfin, c'est que les pays du monde n'ont pas encore procédé réellement au réajustement de leur structure économique interne. Comme par exemple, il n'y a aucune preuve qui démontre qu'en Chine, la demande de consommation et l'investissement des secteurs privés se sont sensiblement redressés et revitalisés.

D'autre part, a souligné Zhu Min, le taux de chômage aux Etats-Unis n'a aucun rapport avec la balance commerciale favorable de la Chine. « Depuis l'année dernière, la balance commerciale excédentaire chinoise a diminué constamment et au premier trimestre de cette année, elle a baissé de 80% par rapport à la même période de l'année dernière, mais dans ce laps de temps, le taux de chômage a continué à s'accroître aux Etats-Unis. », a-t-il dit.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un médicament traditionnel chinois réussit pour la première fois des tests cliniques stricts aux Etats-Unis
La Chine publie des nouvelles mesures sur la gestion des fonds de compagnies d'assurances
L'équilibre entre le travail et la vie constitue le moteur des forces productives
Les images d'une évacuation musclée de squatteurs suscitent une polémique qui montre l'échec de la nouvelle politique française d'immigration
Les ministres français partent en vacances avant de se lancer dans une nouvelle série de vifs débats
La forte croissance de la population de l'UE est-elle due à l'immigration ?
Un expert regarde la Chine de l'extérieur