Le programme intensif de la Chine pour entrer dans l'ère du train à grande vitesse
100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 23.03.2010 13h34
L'urbanisation future de la Chine

De vastes mégapoles, d'un style encore jamais vu dans le monde auparavant, pourraient être le moyen d'aller vers un futur plus vert en Chine, d'après un important groupe de pression environnemental.

D'ici 2025, la Chine comptera huit villes géantes : Beijing, Shanghai, Chengdu, Chongqing, Guangzhou, Shenzhen, Tianjin et Wuhan, qui toutes compteront une population de plus de 10 millions d'habitants, d'après les consultants en management international McKinsey & Co.

Cela fera partie d'une tendance massive à l'urbanisation qui verra, en l'espace de moins d'une génération, 325 millions de personnes vivre dans des villes.

Wu Changhua, directrice de Greater China chez The Climate Group, cette organisation environnementale internationale, dit qu'il est possible de fournir de l'énergie et des services essentiels de manière plus efficace lorsqu'il s'agit de zones urbaines à forte concentration.

« L'urbanisation est considérée comme l'une des solutions aux problèmes relatifs à l'énergie et au climat. Car vous pouvez y obtenir une utilisation plus efficace de l'énergie », dit-elle.

Elle ajoute que les urbanistes chinois ont là l'occasion de façonner de nouvelles villes qui seront effectivement neutres sur le plan carbone, cela en utilisant des technologies de pointe.

« La Chine se trouve dans une position différente de celle des Etats-Unis, quand ils se sont développés aux 19e et 20e siècles. A ces époques-là, le changement climatique et les émissions de carbone n'étaient pas des problèmes, et on pouvait implanter des aciéries en plein centre ville de villes comme Pittsburgh, par exemple ».

Mais la rapidité du développement de la Chine rendra difficile la maîtrise des risques environnementaux pour les planificateurs urbains.

D'ici 2030, 120 millions de personnes vivront dans les mégapoles de Chine, soit 34 millions de plus qu'en 2007, où seules Beijing et Shanghai entraient dans cette catégorie, d'après McKinsey.

Chongqing, qui pourrait être la première ville chinoise à atteindre 30 millions d'habitants, connait une croissance six fois supérieure à celle qu'a connu Chicago pour se développer lors des 50 années avant 1900.

D'une kyrielle de petites villes et villages, elle est devenue une des plus grandes nouvelles conurbations du monde.

Matin Jacques, auteur de « Quand la Chine dominera le Monde », ouvrage qui prédit que la Chine dépassera les Etats-Unis en tant que première économie du monde en 2050, pense que l'émergence de mégapoles posera d'énormes défis.

« La Chine devra faire face aux défis que pose ce taux de développement avec des solutions nouvelles. Elle ne peut pas se contenter de copier aveuglément le développement des villes occidentales », dit-il.

« Il est évident que ces villes ne pourront se construire autour de l'automobile, car si le taux de possession de voitures arrivait au niveau de celui de l'Occident, ces villes seraient complètement bloquées ».

L'émergence des mégapoles

Ma Xiaohe, Vice-président de l'Académie de recherche en macroéconomie à la Commission Nationale du développement et de la Réforme à Beijing, envisage l'émergence de mégapoles avec autour d'elles de petits groupes de villes de taille moyenne ou petite.

Les plus grandes villes pourront alors partager leurs ressources avec les villes petites ou moyennes, créant ainsi des économies de logistique, un gros réservoir de main d'oeuvre mais aussi réduisant les coûts généraux, dit-il.

« Le développement de mégapoles est la meilleure solution envisageable pour un pays comme la Chine, où la population est particulièrement dense, et où les terres et l'eau sont rares ».

M. Ma pense que pour les villes qui ne feraient pas partie de ces nouveaux centres urbains, le risque est de rester en arrière.

« L'économie des zones situées en dehors de ces grands ensembles urbains pourrait même péricliter. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé au Japon, où 70% du PIB est généré par seulement trois aires urbaines, Tokyo, Osaka et Nagoya », dit-il.

La Chine suivra probablement un modèle d'urbanisation différent de celui des pays occidentaux. En Grande-Bretagne, la première nation industrialisée, les gens se sont déplacés des zones rurales pour aller travailler dans les usines des nouvelles villes émergentes comme Manchester, au début du 19e siècle.

Les mégapoles chinoises seront plus probablement orientées vers le secteur des services, plutôt qu'elles ne seront des centres industriels.

Mais l'attrait des grandes villes restera le même : obtenir un meilleur niveau de vie, quand bien même la réalité de la vie en ville pourra être parfois plus dure que ce que à quoi on s'attendait.

Des emplois de service

Le professeur Lu Bin, chef du Département de planification urbaine et régionale à l'Université de Beijing, se demande s'il y aura assez d'emplois de service pour que ces mégapoles puissent assumer la taille de leur population.

« Aussi est-il important qu'il y ait des villes petites et moyennes pour soutenir la ville principale. Les villes plus petites pourraient offrir des emplois industriels et les gens pourraient se déplacer au sein de la conurbation », dit-il.

« Et tous les pôles variés de cette mégapole se nourriraient, d'une certaine manière, les uns les autres, et il y aurait des échanges d'activité économique et de population ».

Actuellement, 600 millions de personnes, soit 45% de la population chinoise, qui compte 1,3 milliards d'habitants, vivent dans des villes, mais cette population devrait atteindre plus de 1 milliard d'ici 2030.

Plus de 70% des nouveaux citadins seront des migrants venant des zones essentiellement rurales.

Pu Yufei, chercheur émérite au Centre d'Information de l'Etat, le groupe de réflexion du gouvernement, situé à Beijing, pense que ce niveau d'urbanisation donnera une impulsion majeure à l'économie du pays.

« Le processus d'urbanisation créera d'énormes opportunités de faire des affaires et créera aussi une demande en biens et services », dit-il.

D'ailleurs, a-t-il ajouté, il s'avère que les anciens agriculteurs se révèlent souvent être des entrepreneurs qui réussissent quand ils viennent s'installer en ville.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine: Wen Jiabao appelle à redoubler d'efforts pour lutter contre la sécheresse
Le taux de change du Renminbi ne constitue pas la principale cause du déficit commercial américain
Pourquoi une telle grande différence entre les données statistiques commerciales établies par la Chine et par les Etats-Unis ?
La Chine n'a nul besoin d'un Google politisé
Les Etats-Unis : Le plus grand manipulateur de taux de change dans le monde
Réévaluation du Renminbi : Les Etats-Unis pensent faire coup triple
Pourquoi les Français ont-ils une telle passion pour le vin ?